C&A va fermer 30 nouveaux magasins

Emploi et Salaires par Elie Hiesse, journaliste L’inFO militante

L’enseigne néerlandaise a annoncé la fermeture de 30 magasins, en plus des 14 fermetures déjà décidées en avril 2019. 216 emplois sont aujourd’hui menacés.

L’angoisse grandit parmi les salariés de C&A. L’enseigne de prêt-à-porter néerlandaise a annoncé le 17 janvier aux représentants du personnel un nouveau plan de fermeture de 30 magasins, alors même que le précédent, annoncé en avril dernier et portant sur 14 magasins (115 salariés concernés), n’a pas été mené à son terme et doit s’achever ce printemps ! 216 emplois sont aujourd’hui menacés. Au total, cette deuxième vague de fermetures de magasins porte à 331 le nombre de suppressions de postes annoncées chez C&A, entre 2019 et 2020. La chaîne, qui comptait 150 magasins en France en 2019, n’en aura plus à terme qu’une petite centaine.

La nouvelle annonce est un choc pour le personnel. Le PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) mis en place en 2019, suite à la décision de fermer 14 magasins, n’est pas encore terminé. A date, trois fermetures ont été réalisées. Les onze restantes sont prévues entre ce mois de février et début avril, explique Maria Rodriguez, déléguée syndicale centrale F0, qui dénonce la situation. FO sera aux côtés des salariés pour défendre leurs intérêts, martèle-t-elle.

Une expertise aussitôt lancée

FO, majoritaire dans l’entreprise, a aussitôt initié une expertise, avec les autres organisations syndicales présentes au sein du Comité social et économique (CSE) central, dans le cadre du droit d’alerte économique. L’objectif : préparer les négociations du PSE, que la direction veut engager. Elles doivent débuter le 11 février.

Le calendrier des 30 fermetures annoncées, qui doivent s’échelonner jusqu’en 2021, devrait y être précisé. La nouvelle liste ne comprend aucun des magasins parisiens. Trois des C&A concernés sont exploités en Ile-de-France, à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), Argenteuil (Val-d’Oise) et Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne). Plusieurs sont situés dans de grosses agglomérations, dont Toulouse (Haute-Garonne), Toulon (Var), Le Havre (Seine-Maritime), Brest (Finistère).

A peine 14 reclassements en interne sur 115 salariés

Nous exigeons un PSE avec des mesures qui soient dignes de ce nom, et à la hauteur du préjudice subi par les salariés, appuie la déléguée syndicale FO. Pour elle, il est impératif de tirer les premiers enseignements du PSE de 2019. Ainsi très peu des 115 salariés concernés ont pu être repositionnés sur l’enseigne, en raison des distances importantes entre les magasins : à peine 14 d’entre eux ! Pis, cinq salariés ont rejoint un C&A qui se retrouve aujourd’hui sur la liste des prochaines fermetures…

Les difficultés à retrouver un emploi dans le secteur de l’habillement, qui connaît de nombreux plans sociaux et réductions d’effectifs, doivent également être prises en considération, poursuit Maria Rodriguez. Les salariés concernés par les fermetures sont des femmes, âgées en moyenne de plus de 50 ans. La grande majorité ont fait l’essentiel de leur carrière chez C&A France et n’ont pas d’autre expertise que celle de la vente. Or le secteur privilégie l’embauche des moins de trente ans.

Une stratégie d’entreprise « floue »

L’annonce n’est pas vraiment une surprise. L’enseigne néerlandaise, exploitée en France depuis les années 1970, serait dans le rouge depuis au moins quatre ans. Elle a commencé par céder 13 magasins en 2017 puis 8 en 2018. En avril 2019, lors de l’annonce de la première vague de fermetures, elle a invoqué le contexte de marché exigeant pour justifier la restructuration de son réseau de points de vente.

Hormis la réduction de voilure, la stratégie d’entreprise pour restaurer la situation a été très floue, et elle le reste, souligne Maria Rodriguez. La déléguée syndicale FO déplore que les salariés subissent les conséquences des erreurs stratégiques de la direction. Au sein de C&A France, beaucoup d’entre eux craignent d’autres funestes annonces. De fait, suite à la fermeture de près d’un tiers des points de vente (entre 2019 et 2021), le secteur des opérations logistiques risque de se retrouver surdimensionné.

La France n’est pas le seul pays concerné par la restructuration du groupe C&A. En Allemagne, l’enseigne a aussi lancé un plan de fermetures. D’après la presse locale, il concernerait 100 des 450 magasins C&A Outre-Rhin.

Sur le même sujet

Marie Brizard : le fighting spirit paye

Toute l’actualité par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Face à un plan social aux conditions médiocres, une intersyndicale s’était constituée au sein de la société de spiritueux Marie Brizard (MBWS, soit Marie Brizard Wine & Spirits). Suite à des négociations infructueuses, cinq jours de grève ont amené à des négociations qui ont permis d’obtenir des avancées notables.

Auchan : 517 suppressions « nettes » d’emplois dans les fonctions centrales

Emploi et Salaires par Elie Hiesse, journaliste L’inFO militante

La direction d’Auchan Retail France a annoncé, le 14 janvier, le premier plan de départs volontaires (PDV) de l’histoire du groupe de grande distribution nordiste. 677 postes sont supprimés dans les fonctions centrales (dont 25 postes actuellement non pourvus), et 135 embauches prévues dans la gestion de données et le digital.