Conférence de presse de Michel Sapin : Réaction de l’UCR-FO

Retraite par Union Confédérale des Retraités-FO

Communiqué de l’Union Confédérale des Retraités FO

La conférence de presse du Ministre des Finances constitue le premier acte de l’élaboration de la loi de finances et de celle du financement de la Sécurité sociale.

Si, pour les entreprises, la poursuite de la mise en œuvre du pacte de responsabilité répond aux vœux du patronat avec le taux du CICE en hausse, soit 3,3 milliards d’euro d’allègement, et la baisse de l’impôt sur les sociétés de 33,33% à 28%, il n’en est pas de même pour les ménages et particulièrement les retraités :

 pas de remise en place de la ½ part supplémentaire pour les parents isolés ;
 pas de retour à l’exonération fiscale des majorations familiales ;
 maintien de la CASA de 0,3% ;
 maintien de la CSG ;
 et surtout, aucune revalorisation annoncée des pensions de retraite au 1er octobre !

L’annonce d’un crédit d’impôt pour tous les retraités (les non-imposables n’avaient droit à aucune aide auparavant) pour les services à la personne et l’emploi de salariés à domicile constitue la reconnaissance des difficultés grandissantes éprouvées par les retraités et de la nécessité de créer des milliers d’emplois dans le secteur de l’aide à domicile.

Cela suffira-t-il aux retraités pour se lancer dans l’emploi d’une aide à domicile ? Difficile de croire que 1,3 million de ménages n’attendaient que cette mesure.

L’UCR-FO considère que les retraités attendaient au contraire un coup de pouce le 1er octobre sur leurs retraites car ils ont besoin avant tout d’une hausse de leur pouvoir d’achat, au moment où tous les organismes officiels confirment une baisse inéluctable des montants de retraite dans les décennies à venir.

Sur le même sujet

Le « nouveau contrat social » : la solidarité des salariés envers les entreprises ?

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Au début de l’été, un rapport, qui se garde bien d’être rendu public, portant sur « la rénovation des relations financières entre l’État et la Sécurité sociale » a été remis au gouvernement. La presse vient d’en révéler une des propositions : une règle de « solidarité » entre l’État et la Sécurité sociale, compte tenu de l’embellie – bien masquée depuis plusieurs années – des comptes de la Sécurité sociale.