Dans le Lot, FO déterminé à défendre les services publics

Congrès d’UD par Clarisse Josselin

Le XXIIIe congrès de l’union départementale FO du Lot s’est tenu le 24 mai à Lhospitalet sous la présidence de la secrétaire confédérale Béatrice Clicq, avec une centaine de participants. Patrick Delfau a été réélu à l’unanimité au poste de secrétaire général pour une sixième mandat.

Depuis le dernier congrès, la situation économique et sociale n’est pas brillante, a reconnu Patrick Delfau, secrétaire général de l’UD du Lot, dans son intervention d’ouverture. Les questions d’emploi, de salaire, de protection sociale et de service public demeurent.

Le Lot est peu industrialisé. Les plus gros employeurs du privé sont Ratier-Figeac et Figeac Aéro, deux sous-traitants aéronautiques implantés à Figeac. Ils ont du mal à trouver des salariés formés dans des emplois de pointe, précise Patrick Delfau. Le troisième employeur est Maec, spécialisé dans l’énergie. Mais l’entreprise a des difficultés et les intérimaires ne seront pas renouvelés, s’inquiète-t-il. Le reste des emplois est fourni par des petites structures, dont beaucoup de TPE, ou du travail saisonnier dans le tourisme et l’agriculture.

Dans ce département rural, le secteur agricole reste très important. Autrefois spécialisés dans le tabac, les agriculteurs se sont reconvertis dans le bio et le local. Une nouvelle convention collective départementale des salariés de production a été signée en février 2016. Les représentants de FO se sont battus pour l’amélioration des protections sociales collectives, mais en limitant la charge supportée par les salariés au niveau des cotisations, souligne le rapport d’activité. Six accords d’augmentation de salaires ont aussi été signés depuis 2015. L’objectif est désormais de négocier une prime de fin d’année. C’est aussi sous l’impulsion de FO que la Commission paritaire d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail en agriculture, instance de prévention des accidents du travail, a été créée en janvier 2019 et FO en a pris la présidence.

Arrêt immédiat des réformes de l’État

Dans le secteur public, les plus gros employeurs sont les hôpitaux de Cahors et Figeac ainsi que le conseil départemental. Le congrès soutient les personnels de la fonction publique, notamment ceux de la DGFIP, de l’éducation nationale ou de l’enseignement agricole, engagés depuis des semaines contre les réformes envisagées ou mises en œuvres par leurs ministres respectifs. Il exige aussi le retrait du projet de loi « Ma santé 2022 » qui va diminuer les effectifs, aggraver les conditions de travail des agents hospitaliers et réduire de manière importante l’offre de soins.

C’est en défendant le Service public, la Fonction publique, les emplois publics, le statut général et l’égalité des droits que nous défendrons la République sociale et solidaire, rappelle la résolution.

Le congrès exige l’arrêt immédiat des réformes de l’État (Cap 22) qui poursuit la politique de destruction des emplois publics. Il s’oppose aussi à toute nouvelle réorganisation de l’État au plan territorial avec la suppression des départements ou la mise en œuvre de la désertification territoriale des services publics et de leurs personnels. Avec la régionalisation, les services sont rattachés à Toulouse. On se fait grignoter et on perd du monde à chaque fois, déplore le secrétaire général.

Excellents résultats aux élections MSA

Si localement, le taux de chômage est assez faible, autour de 7 ou 8%, il n’y a pas de boulot et les logements sont chers, les jeunes partent étudier à Toulouse et y restent, poursuit-il. Nous sommes le deuxième département de France avec la population la plus âgée. Les gens ne cherchent pas d’emploi, ou beaucoup se mettent en auto-entrepreneur, ce qui reste très hasardeux.

Le congrès appelle tous les salariés du public et du privé, actifs retraités et chômeurs, à se battre, résister et rejoindre le syndicalisme libre et indépendant. Il appelle tous les militants à développer l’organisation et créer de nouvelles implantations. L’un des objectifs est d’implanter FO chez Andros. Le syndicat est déjà présent chez Boin, un sous-traitant. Le congrès appelle aussi à voter et faire voter FO, notamment lors des élections MSA en janvier 2020, dont la campagne est déjà lancée. Lors du scrutin de 2015, FO, qui avait présenté des listes partout, a obtenu d’excellents résultats et 2 sièges d’administrateurs sur 4.

La réactivation il y a un an de l’union locale de Figeac, sous l’impulsion d’un camarade retraité, va dans ce sens. Des permanences sont organisées, cela permet une présence qu’on n’avait plus depuis des années, se félicite Patrick Delfau.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante