Dans les Pyrénées Orientales, priorité au développement

Congrès d’UD par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Le 28e congrès de l’union départementale FO des Pyrénées Orientales s’est tenu le 19 septembre à Pollestres, avec 350 participants. Il s’est déroulé sous la présidence d’Yves Veyrier, Secrétaire général de la confédération FO, et en présence de Béatrice Clicq, secrétaire confédérale chargée de l’égalité et du développement durable.

Deux axes majeurs se dégagent pour le prochain mandat, la défense du régime de retraite et le développement syndical, annonce Jérôme Capdevielle, 45 ans, qui a été réélu à l’unanimité pour un troisième mandat au poste de secrétaire général. La Commission exécutive a été renouvelée à 65%, et elle compte désormais 40% de femmes, souligne le secrétaire général.

Dix-sept camarades se sont succédé à la tribune du congrès. Toutes les interventions étaient en lien avec la souffrance au travail en raison d’un manque de moyens, quel que soit le secteur, pointe Jérôme Capdevielle. Les camarades n’ont plus les moyens de travailler correctement. Dans le public, c’est dû la baisse de la dépense publique et, dans le privé, à l’optimisation des coûts de production pour les profits.

Le congrès apporte son total soutien aux syndicats de santé et d’action sociale des Pyrénées-Orientales dans leur combat en faveur des Ehpad, secteur emblématique de ce malaise. Il y a une maltraitance institutionnelle des anciens quand les personnels n’ont que quelques secondes pour faire une toilette, ajoute le secrétaire général. Dans sa résolution, le congrès dit « Stop » au manque de moyens humaines et financiers et au manque de reconnaissance des personnels de ces établissements. Il soutient aussi le combat des urgentistes de l’hôpital de Perpignan et exige le retrait du projet de loi Buzyn « Ma santé 2022 », qui a pour conséquences la diminution des effectifs et l’aggravation des conditions de travail des agents hospitaliers et une réduction importante de l’offre de soins pour les usagers.

Le taux de chômage le plus élevé de France métropolitaine

Le rapport d’activité dénonce un insupportable plan social dans la Fonction publique. La dernière restructuration liée aux mesures d’austérité concerne les services des Finances publiques, qui ne conserveront que quatre implantations dans le département. Plus de 100 emplois y ont été supprimés en 10 ans. Le rapport d’activité dénonce aussi les fermetures de gares et de lignes SNCF aggravant encore la désertification des territoires. Le congrès exige ainsi le maintien de la liaison ferroviaire fret entre Perpignan et le marché de Rungis qui transporte 400 000 tonnes de fruits et légumes par an, l’équivalent de 25 000 camions.

Dans les Pyrénées Orientales, département très paupérisé, le taux de chômage est le plus élevé de France métropolitaine, à 14,2% fin 2018. La part de revenus issue des prestations sociales et le phénomène de dépendance qui en découle est également plus élevé qu’ailleurs, ajoute le rapport d’activité.

L’économie locale est surtout basée sur le tourisme et le commerce, des activités sans forte valeur ajoutée. Face à ce constat, le congrès appelle les pouvoirs publics à mettre en œuvre des solutions efficaces pour sortir le département de cette spirale infernale. Les politiques d’austérité […] mettent à mal tout espoir de redémarrage. Seul un investissement massif permettrait une reprise pérenne, revendique-t-il dans sa résolution générale. Il appelle aussi les pouvoirs publics à une diversification de l’économie pour recréer de l’emploi en attirant de nouvelles entreprises.

FO, deuxième organisation syndicale du département

Autre combat, la défense du régime de retraite par répartition garante de la solidarité intergénérationnelle. Le congrès réaffirme l’opposition de FO à un régime universel par points et rejette toute tentative du gouvernement de reculer encore l’âge de départ à la retraite ou d’allonger la durée d’activité. Une quarantaine de camarades du département ont participé au rassemblement FO à Paris le 21 septembre. FO entend poursuivre les actions au-delà du 21 septembre pour défendre ensemble, public et privé, l’avenir de nos régimes de retraite et pensions, souligne la résolution.

En matière de représentativité, FO arrive en deuxième position dans le département. Elle a renforcé sa première place dans la Fonction publique à l’issue des élections de 2018. Pour le mandat à venir, l’équipe ne manque pas de projets en termes de développement : créer une commission de développement pérenne ; travailler sur la formation et l’information syndicale ; monter un interCSE pour permettre aux salariés, et notamment ceux des TPE, de bénéficier d’activités culturelles et de loisirs… On a aussi envie de créer un stage découverte FO 66 pour les nouveaux adhérents, ajoute Jérôme Capdevielle.

Dans son rapport d’activité le secrétaire général se félicite de la bonne santé de l’UD. Nous enregistrons de bons résultats en matière d’adhésion et de représentativité dans la quasi-totalité des secteurs, souligne-t-il. Ces bons résultats sont le reflet d’un travail d’équipe. Nous devons profiter de cette dynamique pour amplifier notre développement et devenir la première organisation syndicale, ajoute-t-il.

 

28ème congrès FO66