Communiqué de Force Ouvrière

Droit à la migration : L’urgence d’une cohésion et d’une solidarité européenne

, Andrée Thomas

Recommander cette page

Au-delà des annonces faites par le Président François Hollande lors de la Conférence de presse du 7 septembre 2015, concernant l’accueil de 24 000 réfugiés sur 2 ans et la proposition d’organiser une conférence internationale sur la crise migratoire, le sort des milliers de migrants fuyant la guerre et la misère, reste dramatique.

La Confédération Force Ouvrière réclame à nouveau, la mise en place d’une cohésion et d’une solidarité européenne en matière migratoire

Pour Force Ouvrière, migrer dignement est un droit fondamental et gérer collectivement et de manière solidaire les afflux de réfugiés est un devoir.

L’Europe ne doit pas ériger davantage de barrières ou laisser les premiers pays d’entrée seuls face à la gestion de cette crise mais instaurer un principe effectif de solidarité de tous les pays.

Pour Force Ouvrière, répondre dignement et solidairement à cette situation dramatique est une obligation.

L’Europe que nous voulons est une Europe humaine, sociale et solidaire à l’ opposition des modalités actuelles de la construction européenne.

Outre l’urgence d’une réflexion de fond sur la nécessaire mise en place d’une politique migratoire européenne, nous revendiquons la suspension des accords de Dublin et l’application de la directive européenne relative à la protection temporaire en cas d’afflux massif de personnes déplacées.

Force Ouvrière dénonce par ailleurs, la situation indigne et intolérable qui se déroule à Calais et ses répercussions humanitaires inadmissibles sur les migrants et la population locale.

Pour Force Ouvrière, au nom des droits de l’homme et de la dignité humaine l’Europe et tous ses acteurs politiques doivent surmonter les divisions et apporter une réponse commune à cette urgence humanitaire et politique.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 23 janvier de 19h05 à 19h30

    Europe 1
    Yves Veyrier sera invité, en direct, dans l’émission « L’invité d’Europe soir », animée par Sonia (...)

Éphéméride

23 janvier 1898

Agression contre Jaurès à la Chambre des députés
Au moment où le grand tribun prononçait un discours à propos de l’affaire Dreyfus qui passionnait alors l’opinion publique, le comte de Bernis, député réactionnaire, saisissait l’occasion pour dire à Jaurès : « vous êtes l’avocat du syndicat ». L’orateur socialiste lui riposta aussitôt : « M. de Bernis vous (...)

Au moment où le grand tribun prononçait un discours à propos de l’affaire Dreyfus qui passionnait alors l’opinion publique, le comte de Bernis, député réactionnaire, saisissait l’occasion pour dire à Jaurès : « vous êtes l’avocat du syndicat ». L’orateur socialiste lui riposta aussitôt : « M. de Bernis vous êtes un misérable et un lâche » ! C’est alors que se produisit un indescriptible tumulte, Gérault-Richard intervint et gifla de Bernis en lui disant : « Vous êtes un gredin » ! Nouvelle bousculade au cours de laquelle de Bernis se vengea en frappant Jaurès à la nuque. La stupeur et l’indignation provoquèrent une bagarre pendant laquelle de Bernis fut durement malmené. Les députés de gauche et d’extrême-gauche témoignèrent aussitôt une manifestation de sympathie envers Jaurès.