Droit de grève : Faudrait pas en rajouter !

Toute l’actualité par FEETS FO

Communique de la FEETS-FO

Combattu de tous temps par le patronat et ses représentants, interdit sous les dictatures, le droit pour les salariés de cesser le travail pour faire valoir leurs intérêts est de nouveau mis en cause au parlement.

Est-ce la rancœur de certains, qui s’étant enflammé à l’heure où un chef d’État vociférait Désormais, quand il y a une grève en France personne ne s’en aperçoit, s’en sont trouvés fort marris quand la réalité fut tout autre ?

Quoi qu’il en soit après la loi Diard qui a déjà restreint le droit de grève des salariés des transports, des profondeurs des fauteuils des sénateurs une nouvelle tentative de limiter la liberté de grève vient d’émerger.

Pour la FEETS FO, 48h ou 72h pour se déclarer individuellement gréviste, le principe est en lui-même inacceptable.

Dans tous les cas et au regard du contexte actuel, le gouvernement comme les parlementaires devraient peser leurs actes avant que la loi ne devienne illégitime.

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793

Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

A bon entendeur, salut !

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Sur le même sujet

Les livreurs DELIVEROO privés du droit de grève ?!

Communiqué de FO par Béatrice Clicq

Les livreurs Deliveroo, comme l’ensemble des travailleurs de plateformes, ne bénéficient pas du système de protection sociale prévu dans le code du travail au motif qu’ils seraient des indépendants. Ils ne peuvent pas non plus prétendre à une rémunération horaire. En 2015, il existait cependant une tarification minimale s’élevant à 7,5€ de l’heure, à laquelle venait s’ajouter une rémunération variable allant de 2 à 4€ selon la durée du trajet.

Danemark : LO remporte une première bataille juridique contre Ryanair

La lettre électronique @ ctualités Europe international n°28 – 10 juillet 2015 par Secteur Europe - International

La cour du travail danoise avait été saisie en mars (voir lettre électronique numéro 26) par la confédération syndicale LO pour faire reconnaitre le droit des salariés de la compagnie aérienne low cost Ryanair à négocier une convention collective avec la direction de l’entreprise et à faire usage du (...)