États-Unis : première grève chez General Motors après douze ans de paix sociale

International par Evelyne Salamero

Le 29 septembre, les délégués de l’UAW de tout le pays réaffirment leur détermination à rester mobilisés jusqu’à ce que General Motors garantisse « l’équité et la justice économique ». © UAW

Pour le syndicat UAW, il est temps que la direction du constructeur automobile reconnaisse les efforts consentis par les travailleurs depuis douze ans.

L a roue finit toujours par tourner… Pour la première fois depuis 2007, près de 50 000 salariés du constructeur automobile américain General Motors ont cessé le travail le 16 septembre, à l’appel du syndicat UAW. Le mouvement, enclenché pour une durée indéterminée après l’échec de la négociation d’un nouvel accord collectif pour les quatre prochaines années, se poursuivait le 27 septembre.

Les grévistes revendiquent des augmentations de salaire et la réactivation de quatre usines mises à l’arrêt en novembre 2018, dans le cadre d’un plan d’économies de 6 milliards de dollars d’ici la fin 2020. Autre revendication clé de l’UAW : l’amélioration de la situation des salariés embauchés après la faillite historique du groupe en 2009, dans le sillage de la crise internationale de 2008. General Motors avait alors engagé une restructuration draconienne sous perfusion financière de l’État américain. Quatorze sites avaient fermé et l’UAW avait consenti à fixer à 14 dollars l’heure les salaires des nouveaux venus (contre 28 dollars pour les salariés de longue date).

8 milliards de dollars de bénéfice net en 2018

Après plusieurs dizaines de milliers de suppressions d’emplois, le groupe avait retrouvé sa place de leader mondial en 2011. Aujourd’hui, la direction invoque le ralentissement des ventes de véhicules neufs, aux États-Unis mais aussi en Chine où la demande baisse en raison du ralentissement économique, ainsi que la guerre commerciale entre ce pays, les États-Unis et l’Europe.

L’UAW rappelle que le groupe a tout de même dégagé l’an dernier un bénéfice net de 8,01 milliards de dollars et exige que la direction reconnaisse les contributions et les sacrifices que les membres d’UAW ont fait au sein de l’entreprise afin de créer une industrie profitable et saine.

Si les négociations semblaient avoir progressé à la veille de la troisième semaine de grève, la possibilité de trouver un accord achoppait encore sur la mise à niveau des droits collectifs accordés aux salariés embauchés après la crise de 2009. Un point crucial pour les grévistes.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Etats-Unis : ouverture de négociations dans l’industrie automobile

La lettre électronique @ ctualités Europe international n°29 – août 2015

Le 14 juillet, des négociations se sont ouvertes à Detroit (Michigan) entre le syndicat UAW et les directions des « Big Three » (FCA, Ford et General Motors) de l’industrie automobile américaine. Les accords actuels qui avaient été signés pour une durée de quatre ans arrivent à leur terme le 14 (...)

Nissan : des ouvriers américain manifestent en France pour leur liberté syndicale

International par Valérie Forgeront

Espérant porter leurs revendications pour le respect de leur liberté syndicale au P-DG de Renault-Nissan à l’occasion de la tenue d’un comité de groupe, des ouvriers américains de l’usine Nissan de Canton ont manifesté le 28 juin à Boulogne-Billancourt, soutenus par des fédérations syndicales françaises, dont FO Métaux. Le super P-DG n’est pas venu.

Remontée des salaires aux États-Unis ? Tout est relatif...

International par Evelyne Salamero

Après Ikea, Gap, Starbucks ou la compagnie d’assurances Aetna, c’est au tour de la chaîne de distribution Walmart, le plus important employeur privé aux États-Unis, d’augmenter les salaires. Un mouvement d’ensemble à la hausse se dessine, qu’il faut toutefois relativiser. Avec 38 % d’augmentation, les (...)