Fiscalité : le surcroît de recettes ne profiterait pas aux dépenses publiques ?

InFO militante par  Valérie Forgeront, L'Info Militante

A lors que l’exécutif vient d’annoncer son plan d’investissement pour la réindustrialisation, doté sur cinq ans de 30 milliards d’euros (3 à 4 milliards sur 2022), le ministre de l’Économie Bruno Le Maire assure que c’est la bonne [solution, NDLR] car ce sera la seule qui rendra le pouvoir d’achat aux Français. Dans le même temps, le gouvernement, qui parie sur une croissance à 4 % l’an prochain, prévoit un surcroît de recettes fiscales en 2022. Dès cette année, la flambée des prix de l’énergie grossira les recettes de TVA de l’État de 2,5 milliards d’euros, annonce le gouvernement, rappelant les dépenses dues au chèque énergie, à la mesure de plafonnement des prix du gaz et de l’électricité, ou encore au possible chèque carburant. Mais ces mesures, qui ne s’adressent pas à tous, démontrent les problèmes de pouvoir d’achat et par ailleurs ne sont que momentanées. Parallèlement, en 2022 seront maintenues les mesures fiscales décidées avant la crise. Entre autres la réforme de l’impôt sur les sociétés, ramenant le taux d’imposition à 25 %.

Le désendettement en ligne de mire

Alors que vient d’être actée une taxation internationale à 15 % des multinationales, mais pas avant 2023, plusieurs milliards de dollars de recettes fiscales sont attendus, indique Bruno Le Maire, sous-entendu la France en aura sa part. Mais déjà, pour 2022, les recettes fiscales « records », estimées à près de 311 milliards d’euros, n’entraîneront pas pour autant une hausse substantielle des dépenses publiques. Le gouvernement, qui entend réduire les dépenses de l’État de deux points par rapport à 2019, prévient qu’il n’est pas question de dépenser l’intégralité des fruits de la croissance, une partie allant à la baisse de la dette. En phase, donc, avec la demande du Haut Conseil des finances publiques, préconisant que  tout surcroît de recettes par rapport à la prévision soit consacré au désendettement. Quant à la dette dite sociale due à la crise Covid, les travailleurs la paieront à travers la CSG et la CRDS, ce que ne cesse de dénoncer FO.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L'Info Militante

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.

Yves Veyrier : « Face à la crise, FO plaide pour la redistribution des richesses »

Editorial du Spécial Impôts 2021 par Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière

Alors que les salariés subissent parfois durement les effets de la crise sanitaire, cette nouvelle édition du Spécial impôts pour 2021 présente les principaux changements intervenus lors de l’adoption des dernières lois de finances dont les mesures les plus emblématiques pour la fiscalité des ménages sont la baisse du barème de l’impôt sur le revenu 2020 sur les premières tranches ou la poursuite de l’exonération de la taxe d’habitation pour les 20% des ménages restants jusqu’à sa suppression totale pour tous les contribuables au 1er janvier 2023.