FO appelle à préserver l’assurance chômage paritaire

Communiqué de FO par Yves Veyrier, Michel Beaugas

© HAMILTON/REA

Force Ouvrière déplore l’attitude des organisations d’employeurs qui, en annonçant la suspension de la négociation d’assurance chômage, peuvent conduire le gouvernement à reprendre la main sur la convention d’assurance chômage.

Force Ouvrière conteste, depuis le début, le cadrage imposé par le gouvernement qui, en contrepartie de l’annonce de son intention d’instaurer un « bonus-malus » dont on ne connaît pas le mécanisme, conduirait à faire porter sur les demandeurs d’emplois 1 à 1,3 milliard d’économies annuelles par la remise en cause de leurs droits. Ce faisant, le gouvernement laisse à penser que ce sont les chômeurs et le système d’assurance qui seraient responsables du chômage.

FO déplore également que les employeurs n’aient pas pris la peine d’examiner sérieusement les propositions syndicales, dont celle de Force Ouvrière, en matière de « bonus – malus » visant à supprimer les abus d’embauches en contrats courts et ainsi à réduire la précarité.

FO rappelle que depuis l’accord de mars 2017, une convention trisannuelle est en cours d’application, jusqu’en 2020, et que cette convention contient des dispositions tant en matière de recettes que de dépenses représentant une réduction du déficit annuel de l’ordre de près d’un milliard d’euro.

En conséquence, FO appelle à la raison et à laisser se dérouler librement la négociation. FO milite comme elle l’a toujours fait pour préserver et renforcer l’assurance chômage paritaire.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Michel Beaugas Secrétaire confédéral au Secteur de l’Emploi et des retraites

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Plafonnement des indemnités prud’homales : le Comité Européen des Droits Sociaux donne raison à FO !

Communiqués de FO par Branislav Rugani, Patricia Drevon, Secteur Europe - International, Secteur juridique

Suite à la réclamation collective déposée par FO en 2018, le Comité européen des droits sociaux (CEDS) a enfin rendu sa décision, comme l’a révélé Le Monde vendredi dernier. Il a reconnu que le plafonnement des indemnités prud’homales violait l’article 24 de la Charte sociale européenne (droit à une indemnité adéquate ou à une réparation appropriée).