Fonctionnaires : un projet d’ordonnance prépare déjà les suppressions d’emplois

Alerte par Evelyne Salamero

Manifestation des personnels soignants et du service public à Paris le 7 mars 2017. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Le projet d’ordonnance gouvernementale visant à modifier les règles de la mobilité des fonctionnaires a fait l’unanimité des organisations syndicales contre lui lors de la réunion plénière du Conseil commun de la fonction publique, lundi 6 mars. Il a du coup été retoqué par l’instance consultative. FO explique comment ce projet prépare le terrain à des suppressions d’emplois massives.

Parmi les exigences des nombreux autres fonctionnaires qui ont rejoint la mobilisation nationale initiée par leurs collègues hospitaliers le 7 mars, figurait celle du retrait du projet d’ordonnance gouvernementale destiné à favoriser la mobilité à l’intérieur de chaque fonction publique et entre les trois fonctions publiques.

Ce projet, explique l’Union Interfédérale des Agents de la Fonction Publique FO (UIAFP-FO) vise à transformer les fonctionnaires exerçant des missions spécifiques en agents polyvalents et interchangeables.

Alors même que le thème des suppressions d’emploi de fonctionnaires ne cesse d’être remis sur le tapis dans le cadre de la campagne aux élections présidentielles, le gouvernement sortant veut modifier le statut général de la fonction publique pour, souligne FO, déplacer plus facilement les fonctionnaires dont l’emploi serait supprimé.

Le statut général : le verrou que le gouvernement veut faire sauter

A l’heure actuelle, la Fonction publique, dans ses trois versants (d’État, hospitalière et territoriale), est organisée de façon à ce que chaque fonctionnaire exerce les missions pour lesquelles il a été recruté et formé, ce qui est aussi d’ailleurs pour l’usager une garantie de la qualité du service rendu.

Si le poste occupé par le fonctionnaire est supprimé, celui-ci perd l’emploi lié à ce poste, mais il conserve son grade, c’est-à-dire son niveau hiérarchique. C’est le fameux principe de séparation du grade et de l’emploi sur lequel repose toute la structure actuelle de la Fonction publique française.

Le grade du fonctionnaire dépend de son ancienneté, son expérience, sa qualification et sa responsabilité, acquises et développées à l’intérieur du corps ministériel dans lequel il a été recruté. Voici quelques exemples de corps : le corps des ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne, le corps des ingénieurs des travaux publics de l’État, le corps des professeurs agrégés, le corps des professeurs des écoles (instituteurs), le corps des éducateurs de jeunes enfants, le corps des auxiliaires de puériculture, le corps des infirmiers… Dans la fonction publique territoriale, le corps est appelé cadre d’emploi.

Autant dire que ce système freine encore considérablement la possibilité de faire faire n’importe quelle tâche à un fonctionnaire dont l’emploi a été supprimé.

C’est précisément ce verrou que le gouvernement cherche à faire sauter aujourd’hui, alors que ces dispositions du Statut général des fonctionnaires sont, souligne l’UIAFP-FO, un frein aux restructurations et aux suppressions massives d’emplois dont il est tant question aujourd’hui.

La mobilité forcée en catimini

Le projet d’ordonnance (article 1er) prévoit ainsi très clairement des passerelles entre au moins deux des trois fonctions publiques. Il stipule en effet que des nominations ou des promotions dans un grade pourront être prononcées pour pourvoir un emploi vacant dans l’un des corps [fonction publique d’État, NDLR] ou cadre d’emploi [terme réservé à la territoriale pour désigner les corps, NDLR] régi par des dispositions identiques.

De plus, l’article 4 de l’ordonnance modifie le titre II du statut général pour les fonctionnaires de l’État en établissant que le seul changement de service, du département ministériel ou d’établissement public par un fonctionnaire ne constitue pas un changement de la situation de l’intéressé au sens du présent article. En clair, la mobilité du fonctionnaire se réduirait à la mobilité géographique. Du coup, dénonce FO, la mobilité fonctionnelle forcée passe inaperçue !.

 

 Voir en ligne  : Photographies de la Manifestation des personnels soignants et du service public à Paris le 7 mars 2017

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Mobilisation réussie contre la réforme des collèges

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

L’heure était une nouvelle fois à la mobilisation ce 19 mai. Plus de 50% des enseignants des collèges ont répondu à l’appel à la grève de six de leurs organisations syndicales (sur huit), à commencer par FO (deuxième syndicat dans le secondaire), contre le projet de réforme du collège. Les personnels territoriaux étaient également dans l’action, à l’appel de FO et de quatre autres organisations syndicales, exigeant notamment l’abandon du projet de réforme territoriale (loi Notre) ainsi que le retrait du pacte de responsabilité et du plan de réduction des dépenses publiques.

Fonction publique : la mobilisation ne faiblit pas

Service Public par Valérie Forgeront

Forts de la réussite de la grève du 26 janvier et afin de peser sur la négociation salariale prévue en février, les fonctionnaires examinent les modalités syndicales de nouvelles actions.
Des taux de grévistes atteignant 30 à 50 % dans certains secteurs (enseignement, finances…), une centaine de (...)

Fonction publique : une grève, des revendications et une solidarité public-privé

Journée d’actions du 22 mars par Valérie Forgeront

Infirmières, enseignants, personnels des collectivités territoriales, des préfectures, de la sécurité sociale, policiers, agents des finances, de l’Equipement… Ils étaient ce 22 mars des centaines de milliers d’agents publics (fonctionnaires et contractuels) à défiler à Paris et en province dans les quelque 180 cortèges organisés dans le cadre de la grève dans la fonction publique.