France TV : FO appelle à la grève contre le licenciement d’un journaliste

Médias par Clarisse Josselin

De gauche à droite : Bruno Demange (représentant syndical FO au CCE France Télévisions), Eric Vial (Secrétaire national FO Médias), Jean-Marc Pitte (grand reporter à France 3 Normandie) et François Ormain (Délégué syndical central FO France télévisions).
Photo : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Les quatre syndicats représentatifs de France Télévisions invitent les salariés à se mobiliser le 4 avril 2018. Ils dénoncent le licenciement de l’ancien grand reporter Jean-Marc Pitte sans motifs valables selon eux et des méthodes managériales intolérables.

L’ensemble des salariés de France Télévisions sont appelés à faire grève le 4 avril 2018 en soutien au journaliste Marc Pitte. Le syndicat FO les encourage aussi - surtout s’ils passent à l’antenne - à porter un badge «  Non au licenciement de Pitte ».

Cet ancien grand reporter de guerre, désormais rattaché à la rédaction de France 3 Normandie pour des raisons familiales, a été licencié sans ménagement mi-février après 30 ans de maison. Les syndicats FO, SNJ, CFDT et CGT dénoncent dans un préavis de grève commun « l’absence de motifs valables  » et exigent de la direction l’annulation de son licenciement.

«  Il lui est reproché une infraction au code de la route, qui n’a pas même pas été verbalisée, explique Éric Vial, délégué syndical central FO. Il a poussé une barrière pour aller plus vite sur un événement et la société d’autoroute l’a signalé à la rédaction de France 3. On lui dit qu’il nuit à l’image de l’entreprise. » Autre reproche «  ubuesque » selon les syndicats, une « controverse avec son rédacteur en chef  ».

Dénoncer la violence managériale

Fin mars, les syndicats ont proposé à la direction de lever le préavis si elle acceptait de recourir à une médiation, comme le prévoit la convention collective des journalistes. Ils ont essuyé un refus.

« Ce licenciement est d’une injustice criante et il est révélateur du climat ambiant, poursuit Éric Vial. On peut penser que c’est une affaire de journalistes mais ça va au-delà. Des secrétaires, des personnels administratifs et des techniciens m’appellent, ils vont se mettre en grève pour dénoncer la violence managériale. »

Cette unité syndicale, qui ne s’était pas vue depuis plusieurs années dans le groupe France Télévisions, révèle la profondeur du malaise. «  Le licenciement de Jean-Marc Pitte est une violence sociale, menaçante pour tous les salarié‑e-s, écrivent les organisations dans le préavis de grève. Ces méthodes de management sont intolérables dans notre entreprise de service public. »

Éric Vial voit aussi dans ce licenciement un effet du contrat d’objectifs et de moyens, qui prévoit la suppression de 500 postes en équivalent temps plein à l’horizon 2020. «  Aujourd’hui, toutes les excuses sont bonnes pour licencier, poursuit-il. Et les ordonnances Macron permettent de le faire et de savoir à l’avance combien ça va coûter en cas de condamnation. C‘est une injustice à tous les niveaux, financée avec l’argent des contribuables. »

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Rupture conventionnelle collective à France Télévisions

Emploi par Nadia Djabali

Les syndicats de France Télévisions ont appris que la direction du groupe souhaitait très rapidement réduire les effectifs par un plan de rupture conventionnelle collective. Combien de salariés ? Quels postes sont concernés ? Pour le moment la direction reste floue.