Généralisation et imposition de trois jours de carence en cas d’arrêt maladie

Communiqué de FO par Secteur Protection sociale collective, Serge Legagnoa

© Patrick ALLARD/REA

Dans le cadre de la campagne présidentielle, une organisation patronale propose à nouveau la généralisation et l’imposition de trois jours de carence en cas d’arrêt maladie à tous les salariés du public et du privé.

FO rappelle que l’assurance maladie est un droit permettant aux salariés de s’assurer un revenu en cas de maladie, et financé à l’origine par eux-mêmes au travers de la cotisation maladie.

Les promoteurs de cette mesure justifient l’existence des jours de carence pour éviter les abus d’arrêts de travail, laissant ainsi à penser que tous les salariés sont des fraudeurs en puissance, et que les médecins ne respectent pas leur déontologie en distribuant des arrêts de complaisance. Certes des cas existent et doivent faire l’objet de sanctions, mais FO ne peut accepter que les salariés soient ainsi punis pour une infime minorité.

Au travers de l’imposition de trois jours de carence, les salariés sont invités à continuer à travailler, alors qu’ils devraient en priorité se soigner au risque de voir leur état de santé se dégrader. Cette dégradation peut aussi avoir des conséquences sur la marche des entreprises en les privant de leurs salariés contraints à des arrêts de travail de longue durée. D’ailleurs bon nombre d’entre elles l’ont compris en négociant et signant des accords compensant les jours de carence existants.

En 2019, dernière année « normale » sur les motifs d’arrêts de travail pour maladie (avant que l’Assurance maladie n’indemnise aussi la garde d’enfants), les arrêts courts ne représentaient que 4% de la dépense globale ; les arrêts de plus de 30 jours représentant 85% de la dépense totale.

Les arrêts longs sont la conséquence de la dégradation des conditions de travail et plus généralement de la santé (maladies chroniques et vieillissement de la population), et donc aussi du recul de l’âge de départ à la retraite.

Pour FO, les jours de carence n’apportent rien de positif financièrement et médicalement. D’ailleurs, l’Allemagne n’applique pas de délai de carence, et ça ne fait pas d’elle un pays aux arrêts de travail plus fréquents, mais accrédite au contraire le caractère inutile et dangereux pour la santé de cette mesure.

C’est pourquoi FO réclame la suppression de tous les délais de carence, le retour de la cotisation maladie des salariés, et le respect de la santé comme droit inaliénable de la personne humaine.

Secteur Protection sociale collective

Serge Legagnoa Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Barème des prud’hommes : réaction de Force Ouvrière

Communiqués de FO par Yves Veyrier, Frédéric Souillot, Secrétaire général de Force Ouvrière

La décision rendue ce jour par la Cour de cassation concernant le barème des indemnités prud’homales n’entame en rien le bien-fondé de la contestation portée par FO au regard de la convention 158 de l’OIT. FO renouvelle sa ferme opposition à ce barème impératif, destiné principalement à sécuriser les employeurs. Pour FO, la réparation doit, en toutes circonstances, être à la hauteur du préjudice réellement subi par le salarié et le juge doit pouvoir disposer d’une totale liberté pour fixer le montant des dommages et intérêts.

Pour la libération immédiate des syndicalistes biélorusses !

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Secteur Europe - International

La Confédération Force Ouvrière (FO) a pris connaissance de l’arrestation et de la mise en détention le 19 avril 2022, d’au moins quatorze syndicalistes et leaders syndicaux biélorusses, notamment de la confédération biélorusse BKDP – dont son président Aliaksandr Yarashuk et vice-président Siarhei Antusevich - affiliée à la Confédération Syndicale Internationale (CSI), et de plusieurs de ses fédérations.