Groupe CNIM : FO demande à l’État de s’engager aux côtés des salariés

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

© Ian HANNING/REA

Face au risque confirmé de démantèlement du groupe varois CNIM, FO appelle l’État à intervenir sans attendre la fin du programme d’adossement imposé par les banques. Pour le syndicat, majoritaire, la solution réside dans une prise de participation partielle et temporaire de l’État au capital.

Alors que le dernier délai de remise des offres pour une reprise ou un investissement dans le groupe CNIM (Constructions navales industrielles de la Méditerranée) a expiré le 15 décembre dernier, la plus grande incertitude pèse sur l’avenir de l’équipementier varois. Héritier des chantiers navals et spécialiste des hautes technologies, il emploie 2 300 salariés en France et à l’étranger, dont plus d‘un millier à La Seyne-sur-Mer.

Aucune des offres ne répond aux attentes des créanciers. Les représentants du Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) l’ont laissé entendre lors de nos contacts les 16 et 23 décembre. Cela démontre bien que le programme d’adossement imposé par les créanciers est un complet fiasco, alerte Jean-Marc Polidori, délégué syndical de FO, organisation majoritaire.

L’impasse imposée par les banques

La situation n’est pas une surprise pour FO, qui dénonce depuis le printemps l’impasse des conditions du protocole financier censé permettre le redressement du groupe.

Conclu le 29 avril dernier entre CNIM, son partenaire industriel Martin Gmbh, l’État et un pool bancaire, il a permis à l’équipementier d’obtenir 44 millions d’euros de prêts et une ligne de cautions bancaires de 222,5 millions d’euros, et ainsi d’éviter le dépôt de bilan.

Mais en contrepartie, les banques ont imposé à l’entreprise, détenue par la holding Soluni de la famille Dmitrieff, une restructuration financière la contraignant à céder ou adosser ses activités, au risque d’un démantèlement à des prix de bradage pour faciliter les cessions. Autant d’hypothèses désormais confirmées.

Le démantèlement entériné

De fait, la séparation des branches « environnement et énergie » et « innovation et systèmes » semblait être actée, début décembre. En effet, une refonte-surprise du périmètre des offres a eu lieu : initialement fixée au 1er décembre par le tribunal de commerce de Paris, la réception des offres a été scindée en deux, avec une date pour chaque branche (les 10 et 15 décembre).

La branche environnement intéresserait notamment des investisseurs chinois. Permettre le passage sous pavillon étranger serait un non-sens et une mise en danger de notre indépendance stratégique, met en garde la fédération FO Métaux.

Fondé en 1856, le groupe CNIM, premier employeur privé du Var, est un fleuron de l’industrie français, dont la branche environnement est leader européen du retraitement des déchets. Il intervient également pour Ariane, le programme de recherche nucléaire ITER ou le secteur de l’armement (notamment dans la fabrication des tubes lance-missiles pour les sous-marins français).

Les engagements de Bercy

Dans ce contexte chaque jour plus sombre, FO appelle l’exécutif à intervenir, sans attendre que le processus d’adossement aille à son terme, et à concrétiser ses engagements de soutien au groupe.

Dans une lettre datée du 15 octobre dernier, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait, en effet, affirmé que l’État pourrait apporter au groupe CNIM un nouveau soutien, au-delà des 8,75 millions d’euros de financement de court terme apportés dans le cadre du protocole financier via un prêt du FDES (Fonds de développement économique et social). Celui-ci a joué son rôle, faisant levier pour obtenir du pool bancaire 35 millions d’euros de prêts supplémentaires.

FO appelle l’État à prendre une participation au capital

Il est urgent maintenant que l’État aille plus loin. Il doit s’engager aux côtés des salariés pour maintenir l’intégrité du groupe CNIM. La meilleure solution est qu’il prenne une participation partielle et temporaire au capital, martèle Jean-Pierre Polidori.

Le militant FO rappelle qu’à l’automne l’État a bien soutenu un projet de relance à 100 millions d’euros, en partie financé par de l’argent public, chez le fabricant japonais de pneus Bridgestone.

Éviter la casse sociale

Si on sépare les activités, c’est une casse sociale, anticipe le délégué syndical FO, à commencer dans les fonctions dites « support ».

Sans compter que le maintien de l’intégrité du groupe CNIM est une garantie d’équilibre, rappelle FO-CNIM. Cela a permis, par le passé, de compenser les fluctuations propres à chaque secteur. Quand l’un rencontrait des difficultés, l’autre suppléait, reprend Jean-Pierre Polidori.

L’importance des pertes exceptionnelles sur l’exercice 2019 (158,2 millions d’euros pour le secteur environnement) ne l’a pas permis. Le résultat net 2019 du groupe a dévissé, à -200,7 millions d’euros (contre +32,8 millions en 2018), pour un chiffre d’affaires de 588,4 millions d’euros.

Poursuivre la mobilisation

Reste que ces difficultés ne se sont pas liées à l’activité CNIM, mais à la défaillance en 2019 d’un partenaire anglais (en génie civil) depuis seize ans, l’entreprise Clugston, elle-même victime de la défaillance de sous-traitants sur plusieurs contrats d’usines de valorisation de déchets ménagers.

Pour honorer ses engagements contractuels, CNIM a alors repris à sa charge les réalisations prévues par Clugston, qui s’est retiré. Ce qui l’a conduit au final, pour obtenir le protocole financier, à accepter le programme d’adossement que FO-CNIM qualifie de mortifère.

Le syndicat, qui a multiplié les actions en décembre, attend cette semaine un point de situation avec le Ciri, pour décider des modalités de poursuite de la mobilisation.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

CNIM : FO appelle l’Etat à intervenir « rapidement »

Emploi et Salaires par Elie Hiesse

Le 28 mai, le tribunal de commerce de Paris statuera définitivement sur le sort de l’équipementier et ensemblier industriel varois, en procédure de sauvegarde depuis janvier. FO appelle l’État à intervenir pour éviter le démantèlement d’activités stratégiques pour la France.

Salaires : 2 500 manifestants devant le groupe Safran pour les salaires

Emploi et Salaires

Près de 10 000 grévistes pour le groupe, 2 000 manifestants à Paris et 500 à Toulouse, les salariés de Safran se mobilisent, dans le cadre des NAO, pour de vraies augmentations de salaires. Sans concertation, le groupe ne propose qu’un mix d’augmentations de salaires et d’améliorations de (...)