Congrès d’UD

Haut-Rhin : la majorité des syndicats FO ont une représentativité supérieure à 30%

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

Le XXVIe congrès de l’Union départementale du Haut-Rhin a réuni quelque 150 militants le 23 octobre dernier à Illzach, sous la présidence de Philippe Grasset membre de la commission exécutive confédérale (fédération des Finances). La défense du département, et donc de ses services publics, face au projet du gouvernement de le faire disparaître en le fusionnant avec son voisin, le Bas-Rhin, la défense des emplois, du pouvoir d’achat, de la sécurité sociale et du système de retraite, mais aussi la nécessité de développer les implantations FO, ont été au cœur des débats.

Dans quasiment toutes les entreprises du secteur privé du Haut-Rhin où FO est implantée, elle arrive en tête aux élections professionnelles et progresse d’élections en élections. Le rapport d’activité des trois dernières années, présenté par le secrétaire général sortant et réélu, Jacques Rimeize, l’a souligné.

Là où FO est implantée, elle est en tête et continue de progresser

La majorité des syndicats FO (60,7%) ont une représentativité supérieure à 30%, quelque 34% dépassent les 10% et seulement 5,% ne sont pas représentatifs. S’il n’était tenu compte que de ces résultats, FO serait la première organisation syndicale du privé dans le département avec 26,8% des voix (contre 21,7% pour la CFDT et 19,2% pour la CGT).

Des chiffres qui ont confirmé aux délégués, si besoin en était, la nécessité de poursuivre leur travail pour multiplier les adhésions au sein des entreprises, un travail déjà bien entamé ces dernières années, comme notamment chez Novartis Pharma à Huningue, une entreprise de plus de 500 salariés où il faudra désormais compter avec FO.

Simultanément pleinement engagés dans les campagnes électorales, notamment celle pour les élections de la Fonction publique le 6 décembre prochain et celle de la SNCF (du 16 au 22 novembre), les délégués ont donc appelé, en conclusion de leur résolution générale votée à l’unanimité, appelé l’ensemble des salariés, fonctionnaires et contractuels de droits publics, chômeurs et retraités à adhérer à Force Ouvrière et à voter et faire voter pour les candidats FO lors des élections.

Donner du poids aux revendications

Pour les militants FO, l’enjeu est de donner plus de poids à (leurs) revendications, dont la liste s’allonge au fur et à mesure des attaques portées contre le modèle social fruit de nos conquêtes sociales.

Projet de Loi Pacte, remise en cause de la retraite par répartition, des régimes spéciaux et du Code des pensions, étatisation de l’Assurance chômage, hausse de la CSG, déconstitutionnalisation de la sécurité sociale et remplacement progressif de celle-ci par un système d’assurance à minima financé par l’impôt, plan de santé 2022… Aujourd’hui, l’ensemble des droits fondamentaux, socle du modèle social, est remis en cause ou menacé étant considéré comme un frein à la mise en place d’un grand marché concurrentiel, ont résumé les délégués, réaffirmant leur opposition à une politique entièrement destinée à la baisse du coût du travail et à l’austérité.

Les conséquences du « grand marché concurrentiel » dans le département

Dans le département, les conséquences de la financiarisation de l’économie et de la mise en place de ce « grand marché concurrentiel » dénoncé par les congressistes, ont eu récemment des conséquences particulièrement destructrices.

A Huningue, le propriétaire de l’entreprise Carpenter, un milliardaire américain, a décidé de fermer le site, pourtant bénéficiaire, du jour au lendemain, laissant sur le carreau 64 salariés. Chez Cristal, une usine chimique située à Thann et appartenant à un fonds souverain d’Arabie saoudite, cinq salariés ont subi un licenciement collectif après que l’entreprise ait vu son bénéfice légèrement diminuer pour atteindre… 3 millions d’euros. Autant d’exemples cités par Jacques Rimeize qui souligne que d’autres secteurs sont asphyxiés par les grands groupes.

FO s’oppose à la fusion des deux départements qui éloignerait encore les services publics des citoyens

Autre grande préoccupation des délégués FO : la fusion annoncée du département avec son voisin, le Bas-Rhin, dans le cadre de la réforme territoriale, via la création d’une « collectivité européenne d’Alsace » que le gouvernement entend mettre en place en 2021.

La première tentative de création d’une collectivité territoriale unique, en lieu et place des deux départements, remonte à 2013. Force Ouvrière s’y était alors opposée et le projet avait été rejeté par la population par référendum.

Cinq ans plus tard, alors que le gouvernement actuel revient à la charge, les délégués FO ont clairement rappelé que FO reste mobilisée pour défendre le département et qu’elle s’oppose fermement à toute fusion […] qui ne ferait que creuser le fossé entre les services publics et les citoyens.