Congrès d’UD

Haute-Garonne : pour le développement, en avant toute

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

Quelque 500 militants FO étaient réunis les 6 et 7 juin dernier à Toulouse pour le 34e congrès de l’Union départementale FO (UD-FO) de Haute-Garonne. Ce congrès -qui a vu la réélection de Serge Cambou à un 3e mandat de secrétaire général de l’UD- était présidé le premier jour par le secrétaire général de la confédération FO, Yves Veyrier, et pour le deuxième jour par le secrétaire confédéral et trésorier, Patrick Privat. Le congrès a reçu aussi la visite de la secrétaire confédérale Béatrice Clicq chargée du secteur de l’Egalité et du développement durable, originaire du département.

Au cours de ce 34e congrès de l’UD-FO de Haute-Garonne qui se tenait les 6 et 7 juin à Toulouse, la quasi-totalité des 240 syndicats FO du département étaient représentés. Les délégués ont approuvé à l’unanimité les rapports de trésorerie et d’activité de l’équipe de l’UD se réjouit Serge Cambou, élu à un troisième mandat de secrétaire général. La résolution générale de ce congrès réunissant 500 militants FO a été votée à l’unanimité elle aussi.

Les délégués notamment via près de 25 interventions à la tribune ont déroulé toute l’actualité de cette dernière mandature. L’occasion pour eux souligne Serge Cambou de « contester la réforme des retraites » prévue par l’exécutif, de dire aussi leur « complète osmose avec le bureau confédéral » et ses prises de positions sur différents dossiers, de se « féliciter de la signature par FO de l’accord sur les retraites complémentaires (accord Agirc/Arrco) », de réitérer leur « opposition à la réforme de la Fonction publique » dont l’adoption par le Parlement est annoncée fin juillet ou encore de souligner à nouveau les effets nocifs de la loi travail.

Si le département de la Haute-Garonne affiche un taux de chômage de 12% de la population active, soit plus élevé que la moyenne nationale, il est aussi, indique Serge Cambou, « un des départements de France qui créé le plus d’emplois ». Le département avec ses grandes zones d’activités, notamment près de Toulouse, capitale de l’aéronautique et du spatial, compte des fleurons dans le secteur industriel tel Airbus où FO est en position de leader depuis de longues années.

FO en tête dans le département

Activités spatiales, centres de recherche sur la météorologie, implantations nombreuses dans le secteur agro-alimentaire… La Haute-Garonne est riche d’une diversité d’activités souligne le secrétaire général de l’UD-FO. Et « FO se situe est en très bonne position dans nombre de ces secteurs » notamment dans le secteur spatial se réjouit Serge Cambou. FO est aussi le premier syndicat chez Carrefour, dans les caisses de Sécurité sociale, à la préfecture du département…

Depuis 2017 « FO est devenue dans le secteur privé la première organisation syndicale à l’échelon départemental » souligne Serge Cambou notant que la représentativité de FO dans le département est passée de 18% en 2008 à 23% aujourd’hui, soit un gain de cinq points. Signe du poids de FO qui compte 16 000 adhérents (secteur privé et publics confondus) en Haute-Garonne, l’organisation « détenait seize postes de conseillers prud’hommes en 2008 et désormais vingt-sept ».

Autre signe de la vitalité de FO dans le département, la création de syndicats. « Quarante ont vu le jour au cours du dernier mandat » se félicite le secrétaire général de l’UD évoquant un autre signe de dynamisme, la formation. « Un stage de formation syndicale a lieu en moyenne tous les quinze jours à l’UD » déclare-t-il. Plus largement, à cette mandature qui débute, Serge Cambou souhaite donner un axe : « le développement, le développement, le développement ».