Internet haut débit et très haut débit : de quoi parle-t-on ? avec l’AFOC

Consommation par AFOC

Les appellations « haut débit » et « très haut débit » recouvrent des réalités différentes. « Haut débit » et « très haut débit » n’ont pas réellement de définition technique. Ces notions de « haut » et de « très haut » étant non chiffrées, il s’agit avant tout d’appellations commerciales.

Ainsi la technologie ADSL est communément nommée le « haut débit » et ce dès 512 Ko/s et on qualifie de « très haut débit » les technologies permettant des débits supérieurs à ceux de l’ADSL. En général, il s’agit de connexions câble ou fibre optique donnant accès à des débits allant de 30 Mbit/s à 1 Gbit/s (1 000 Mbit/s).

Pour savoir réellement à quel débit vous avez accès, vous avez tout intérêt à interroger sur ce point l’opérateur avec lequel vous envisagez de souscrire un abonnement internet.

L’enjeu est bien entendu de savoir à quels services vous aurez accès depuis votre connexion internet et avec quelle qualité. Plus particulièrement pour le simple haut débit, selon que votre installation se situera en bas ou en haut de la fourchette, qui va, rappelons-le, de 512 Ko/s à 30 Mbit/s, vos usages serons très différents aussi bien en richesse qu’en qualité.

AFOC Association Force Ouvrière Consommateurs - AFOC

Sur le même sujet

Un an après la loi Consommation, ce qui a changé

Consommation par Mathieu Lapprand

La loi Consommation, dite loi Hamon, a été promulguée le 17 mars 2014. Entre la mise en place des actions de groupe le 1er octobre 2014 et l’augmentation du délai de rétractation, les évolutions pour le consommateur ont touché des dispositions commerciales classiques, mais également la réglementation du (...)

Comment lutter contre la « fracture numérique » ?

Consommation par AFOC

En juillet, France Stratégie a remis à Mounir Mahjoubi - secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du Numérique - un rapport sur les bénéfices d’une meilleure autonomie numérique. Ce rapport s’inscrit dans le contexte mis en place d’une stratégie nationale pour un numérique inclusif.