Éditoriaux de Jean-Claude Mailly

JC Mailly : « Force Ouvrière entend avancer sur ses jambes : la négociation (ou concertation) et l’action »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

À l’instar des autres secrétaires généraux de confédérations, je rencontrerai le président de la République à sa demande.

Il s’agit d’examiner le calendrier, la méthode et la finalité des concertations à venir sur l’apprentissage, la formation professionnelle puis l’Assurance chômage.

Ce sera aussi l’occasion, deux jours après la grève et les manifestations des trois fonctions publiques, de rappeler nos positions ainsi que la nécessité de répondre, plus largement, aux inquiétudes qui s’expriment de plus en plus, à juste titre, et qui se transforment en colère sourde.

Je rappellerai également nos positions sur les ordonnances travail et notre rejet des points que nous considérons comme inacceptables.

À l’heure où ces lignes sont écrites, la réunion des organisations syndicales n’a pas encore eu lieu.

Nous y défendrons nos positions conformément à la résolution du CCN, qui s’impose à toutes les structures de la confédération. Cela s’appelle tout simplement le mandat et il vaut pour tout le monde.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.

Libre, indépendante, démocratique et réformiste, telle est Force Ouvrière, qui entend avancer sur ses jambes : la négociation (ou concertation) et l’action. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Éphéméride

11 décembre 1792

En France, ouverture du procès de Louis XVI,« Louis Capet ». Le roi est qualifié d’ennemi étranger au corps de la nation et d’« usurpateur »et l’Assemblée, par un vote acquis à une courte majorité, le condamne à mort : il montera sur l’échafaud le 21 janvier (...)

En France, ouverture du procès de Louis XVI,« Louis Capet ». Le roi est qualifié d’ennemi étranger au corps de la nation et d’« usurpateur »et l’Assemblée, par un vote acquis à une courte majorité, le condamne à mort : il montera sur l’échafaud le 21 janvier 1793.