« Je mange donc je suis » au Musée de l’Homme

Expositions à ne pas manquer en cette fin d’année par Christophe Chiclet

Une exposition pour découvrir les aspects biologiques, culturels et écologiques de notre alimentation.

« Je mange donc je suis » expose le fruit des recherches menées par les scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle dans des domaines aussi variés que la formation du goût, les manières à table, la gastro-diplomatie, les modèles agricoles, les patrimoines culinaires, la consommation de viande, les OGM, l’alimentation de nos ancêtres.

Sur trois salles, la visite alterne les thèmes de fond et les débats de société à travers la présentation d’objets prestigieux (plats de porcelaine, couverts en or et en argent, carafes, de tous pays, de tout temps...), de collectes de terrain (photos, objets...) et d’œuvres d’artistes modernes et contemporains ayant un rapport avec la nourriture (Picasso, Barbier, Albaraccin, Liu Bolin). Sans oublier les recettes de Christophe Lavelle, commissaire scientifique de l’exposition, notamment celle de la madeleine aux couteaux et aux herbes. Enfin, le visiteur peut voir de très nombreuses animations vidéo sur l’ensemble des sujets présentés. Alors n’hésitez pas et bon appétit !

Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75116 Paris ; jusqu’au 1er juin 2020. Tous les jours, sauf mardi, de 11h à 18h. Tarif : 9 à 12 euros. Renseignements : 01 44 05 72 72, contact.mdh@mnhn.fr

Sur le même sujet

Beaubourg : la culture Duchamp

Exposition par Michel Pourcelot

Sa rétrospective inaugura le Centre Pompidou en 1977. Aujourd’hui, il y revient avec une exposition majeure : Marcel Duchamp. La peinture, même. Entretemps, il est devenu l’une des clés de l’art contemporain.

De l’importance d’être Wilde

Exposition à Paris par Michel Pourcelot

Première exposition à jamais être consacrée à l’écrivain, Oscar Wilde. L’impertinent absolu est à voir au Petit Palais à Paris jusqu’au 17 janvier 2017. Bien plus qu’impertinent, Wilde (1854-1900) fut surtout pertinent dans ses attaques incisives de l’hypocrisie victorienne et sa défense de l’individu face à l’uniformisation.

[Exposition] L’Asie se fait peur au Quai Branly

Culture par Michel Pourcelot

L’exposition « Enfers et Fantômes d’Asie », présentée jusqu’au 15 juillet au Musée du Quai Branly, à Paris, permet de découvrir les multiples créatures effrayantes nées au cœur de l’Asie. Elles en hantent encore les arts, du cinéma aux mangas en passant par l’art contemporain et les jeux vidéos.