La Croix - le 10 novembre 2017

Jean-Claude Mailly : « Tant qu’on peut discuter, on discute »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

« Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, était le 9 novembre 2017 l’invité de l’émission “Face aux chrétiens ”, animée par Frédéric Mounier et coproduite par KTO. Il répondait aux questions d’Alain Baron (Radio Notre-Dame), Damien Leboulanger (RCF) et Emmanuelle Réju (La Croix). » La Croix

Votre syndicat s’était fermement opposé l’an dernier à la loi travail, alors que vous avez été beaucoup plus conciliant sur les ordonnances du gouvernement actuel. Pourquoi cette différence de traitement ?

Jean-Claude Mailly : Il y a une différence de contexte. Il n’y a eu aucune concertation l’an dernier sur la loi travail. Nos propositions n’ont jamais été entendues. Cette fois, les réformes avaient été annoncées pendant la campagne électorale. Les pouvoirs publics ont accepté de desserrer le calendrier des réformes, et surtout de mener une vraie concertation.
Nous avons discuté pendant quatre mois, presque quotidiennement. Et des lignes ont bougé. Nous avons notamment obtenu que le rôle des branches soit maintenu et que les indemnités légales de licenciement soient réévaluées.

Pourquoi dès lors appeler à manifester le 16 novembre prochain ? Êtes-vous débordé par votre base ?

Jean-Claude Mailly : Nos syndiqués se sont posé des questions. Il est très difficile de communiquer pendant une phase de concertation. Si vous rendez publiques des avancées que vous avez obtenues, il y a un risque que le patronat passe derrière pour demander leur suppression !
Au final, le « parlement » de Force Ouvrière ne nous a pas demandé d’exiger le retrait des ordonnances, ce qui serait revenu à nier tout le travail que nous avons fait durant l’été. Mais il nous a demandé d’organiser une journée de mobilisation le 16 novembre avant la ratification des ordonnances au Parlement. Cet appel à manifester est aussi une façon de rappeler que nous sommes en désaccord sur certains points, notamment la fusion des instances représentatives du personnel.

Quelle est la place de FO dans le paysage syndical ?

Jean-Claude Mailly : Nous sommes et nous avons toujours été une organisation réformiste. Nous misons d’abord sur la discussion mais nous n’hésitons pas à descendre dans la rue si nécessaire. Avec 13 ou 14 manifestations l’an dernier, nous avons obtenu moins de choses qu’en quatre mois de discussion. (…)

Comment abordez-vous la négociation à venir sur l’assurance-chômage ?

Jean-Claude Mailly : Je constate d’abord que le gouvernement ne semble plus être dans une logique d’étatisation. Tant mieux car nous souhaitons préserver le rôle des organisations patronales et des syndicats dans ce domaine. Nous sommes prêts à étudier l’extension des droits aux salariés démissionnaires et éventuellement aux indépendants mais il n’est pas question d’accepter en contrepartie une baisse des prestations ou un raccourcissement de la durée d’indemnisation.
Nous avons obtenu récemment des garanties sur ce point de la part du président de la République, de Matignon et de la ministre du travail. La seule chose dont ils souhaitent discuter est celle de l’offre raisonnable d’emploi (que les chômeurs ne pourraient pas refuser plus de deux fois, NDLR). Cela dit, la très grande majorité des demandeurs d’emploi sont dans les clous.

Que demandez-vous en matière d’apprentissage et de formation professionnelle ?

Jean-Claude Mailly : Nous demandons un vrai statut de l’apprenti – avec une amélioration des rémunérations – et aussi un statut du maître d’apprentissage, pour valoriser son rôle. Concernant la formation professionnelle, nous souhaitons que les branches conservent un rôle de mutualisation des fonds. Nous sommes opposés à une individualisation totale du système, où chacun gérerait ses droits à formation, sans intermédiaire. Je ne suis d’ailleurs pas sûr que les pouvoirs publics soient encore dans cette logique de désintermédiation.

Vous semblez au final plutôt constructif ?

Jean-Claude Mailly : Oui, tant qu’on peut discuter, on discute.

 

Propos recueillis par Emmanuelle Réju

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément