L’apparition de la classe ouvrière

Histoire par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Courrières – 1906. Le cortège des mineurs du Pas-de-Calais en grève parcourant les corons.

C’est avec la révolution industrielle du XVIIIe siècle en Grande-Bretagne, puis dans le reste de l’Europe et du monde, que le prolétariat, la classe ouvrière, commence à émerger, dans l’industrie textile et les mines.

Entre 1815 et 1848, en France, les deux principales transformations économiques ont été la diffusion de la machine à vapeur, qui a amené le développement de la grande industrie, et la construction des chemins de fer, qui ont révolutionné les conditions du commerce. Jusque-là, la France était un pays essentiellement agricole. Sur une population de 35 millions en 1846, 26 millions vivaient de la terre. C’est alors que l’industrie du coton fait de grands progrès dans le Nord, en Normandie et en Alsace. Les mines, les forges, l’industrie du papier et les industries chimiques se développent. Les paysans pauvres rejoignent les premières usines. La grande industrie commence à émerger, supplantant peu à peu les petits ateliers d’antan. De cette transformation économique naît une nouvelle classe de travailleurs, tout aussi exploitée que les paysans pauvres, ce qui engendre une réflexion sur les doctrines socialistes d’émancipation de ces nouveaux travailleurs et la création de syndicats.

Définitions de la classe ouvrière

Karl Marx (1818-1883) a défini les classes sociales, dont la classe ouvrière naissante qui se distingue en ce qu’elle ne possède ni le capital ni les moyens de production (contrairement à la bourgeoisie). Le prolétaire ne peut donc que vendre sa seule force de travail. Dans Le Manifeste communiste, il affirme que l’histoire de toute société passée est l’histoire de la lutte des classes.

Beaucoup de penseurs ont travaillé sur la définition des classes sociales. Parmi eux, le sociologue Georges Davidovitch Gurvitch (1894-1965), originaire de Russie, un autre sociologue russe Pitirim Sorokin (1889-1968), le philosophe et sociologue hongrois Georg Lukacs (1885-1971). Avec Marx, Lukacs et Gurvitch, la notion de classe est définie comme une réalité, un fait que la sociologie cherche à cerner à l’aide de divers critères. Aujourd’hui, le critère avancé est avant tout économique et certains aimeraient croire qu’avec la désindustrialisation cette classe ouvrière disparaît peu à peu. Née dans l’industrie du textile au milieu du XIXe siècle, elle peut sembler moins apparente que dans les années 1970, par exemple dans le Nord ou les Vosges. Dans les mines du Nord, de Lorraine, d’Alsace, du Massif central (charbon, fer, sel), la disparition de sites dans les années 1990 a fait des ravages sur l’emploi. Mais cet emploi s’est déplacé, notamment sur le secteur tertiaire. Il y a donc toujours bien évidemment une classe ouvrière qui revendique et combat pour ses droits !

 

Max Weber (1864-1920)
Allemand, fondateur de la sociologie moderne, il a analysé le capitalisme industriel. Pour lui, il existe trois sortes de hiérarchies, correspondant à l’ordre économique, social et politique. La classe est déterminée par l’ordre économique, puis l’ordre social et enfin l’ordre politique.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet