La photo en maternité et les 650 emplois de Primavista de plus en plus menacés

Emploi par Employés et Cadres

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce

L’inquiétude de la Section fédérale FO Commerce et des élus FO de Primaphot grandit de jour en jour concernant le devenir des 650 salariés du Groupe Primavista.

Depuis 2010, Activa Capital est actionnaire majoritaire du groupe suite au rachat des parts à LFPI (sous forme de LBO) qui a conservé un peu moins de 30% du capital.

L’inaction conjointe de ces 2 fonds qui n’ont pas été capables de nommer des dirigeants efficaces a conduit Primavista au redressement judiciaire au 1er octobre 2015.

Et ce alors que depuis près d’un an, le cabinet Prospheres, spécialiste du retournement et licencieur professionnel a été missionné pour soi-disant redresser l’entreprise. La seule grande décision de ce cabinet, payé à prix d’or, a été de fermer purement et simplement la filiale belge du groupe, Studio Bloom (liquidation judiciaire), avec une gestion uniquement financière sans se préoccuper des conséquences sociales désastreuses et des parents qui attendaient les photos de leurs bébés ; ce qui a eu pour conséquence de ternir la réputation de toute l’activité photo en maternité dans le groupe.

Si le cabinet Prospheres et les dirigeants actuellement en place continuent d’ignorer la souffrance de certains salariés qui manquent cruellement de travail et des autres qui en sont submergés en raison d’une désorganisation orchestrée depuis 2010 ; et continuent à ne pas du tout s’occuper de l’activité mais uniquement de l’aspect financier, nous sommes persuadés que le Groupe Primavista finira comme Studio Bloom avec des dommages sociaux très importants sur la France entière, entrainant sa sous-traitance dans sa chute.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

La photo en maternité menacée comme les 650 emplois de Primavista

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

La Section fédérale FO Commerce et les élus FO de Primaphot sont inquiets du devenir des 650 salariés du Groupe Primavista placé en redressement judiciaire.
C’est le plus gros groupe sur l’activité de la photographie, en France, qui risque de disparaitre.
Est-ce le déclic final dans les maternités, (...)