Le 9 avril 2015, salariés actifs et retraités, mobilisés et manifestants !

Comité exécutif de l’UCR-FO - Paris, les 30 et 31 mars 2015 par Union Confédérale des Retraités-FO

Article publié dans le cadre de la campagne 9 avril 2015 : Grève interpro­fessionnelle

Le Comité exécutif de l’UCR-FO adresse ses remerciements aux camarades retraités qui ont participé aux diverses manifestations organisées par leurs UDR entre autres le 17 mars 2015, (80 rassemblements ont été recensés) et démontré la présence de l’UCR-FO pour porter les revendications Force Ouvrière sur la base d’un mémorandum revendicatif commun proposé par l’UCR-FO.

Les retraités ont montré leur détermination :

 à dénoncer la dégradation de leur pouvoir d’achat ainsi que la pression fiscale exercée à leur encontre (notamment avec la suppression de la demi-part pour les isolés, la mise en place de la CASA (taxe de 0,3 %), l’imposition des majorations familiales, etc…) ;

 à revendiquer la revalorisation des retraites et des pensions (gelée depuis octobre 2013 !) ;

 à protester contre le niveau inacceptable du taux de pauvreté des retraités (près de 10 %) et les difficultés d’accès aux soins de santé pour un trop grand nombre d’entre eux.

Cette journée de rassemblements coïncidait avec le premier jour de l’examen au Sénat du projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement dont les retraités ont vivement dénoncé les reports successifs.

Au cœur des préoccupations et revendications urgentes du Comité exécutif de l’UCR-FO :

 La défense du pouvoir d’achat des pensionnés et des retraités
 La prise en charge solidaire de la perte d’autonomie
 La défense de la Sécurité sociale solidaire et égalitaire

Non à la détérioration du pouvoir d’achat des retraités

La dégradation du pouvoir d’achat des pensions et des retraites qui sévit depuis plusieurs années a franchi un cap supplémentaire avec le gel des pensions et des retraites subi depuis avril 2013 et programmé jusqu’en octobre 2015, auquel s’ajoutent toutes les taxes et mesures fiscales pénalisantes ciblées sur les retraités.

Le Comité exécutif revendique le retour à l’indexation des pensions, des retraites et des pensions de réversion, sur l’évolution des salaires.

Concernant les régimes de retraite complémentaire des salariés du privé, il reprend à son compte les revendications adoptées par le Congrès confédéral de Tours, en particulier celles demandant « de conforter le modèle à deux niveaux - retraite de base et retraite complémentaire - seul garant contre la tentation de créer un régime unique, voire universel, forcément réducteur de droits ».

Les négociations engagées le 17 février dernier sont toujours en cours. Force est de constater que les leviers d’action préconisés par la délégation patronale pour un retour à l’équilibre de l’ensemble Agirc et Arrco à l’horizon 2020, se traduisent par de nouvelles régressions sociales. Le report des bornes d’âge de liquidation des droits dans les régimes Arrco et Agirc à partir de 2019, un mécanisme d’abattements temporaires dégressifs dont le taux diminuerait d’année en année pour les retraités concernés jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’âge maximum du taux plein (67 ans actuellement), la réduction du taux des pensions de réversion, une baisse des droits des chômeurs en matière de retraite complémentaire, le gel des retraites complémentaires pendant trois années supplémentaires, une sur-indexation temporaire du salaire de référence…, sont autant de mesures inacceptables pour l’ensemble des salariés et retraités.

D’autant plus que ces dispositions ignorent totalement la situation dramatique d’une grande majorité de salariés au moment où ils liquident leur retraite. Près de 60 % d’entre eux, ne sont plus en effet sur le marché du travail au moment où ils liquident leurs droits. C’est la raison pour laquelle la délégation Force Ouvrière a exprimé son opposition à tout recul de la condition d’âge (conformément aux orientations du Congrès confédéral de Tours) et s’attachera à faire prévaloir la recherche de sources de financement supplémentaires sous forme d’une augmentation des cotisations. Le Comité exécutif rappelle son attachement aux régimes de retraite par répartition gérés paritairement.

Pour une prise en charge solidaire de la perte d’autonomie

Le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement continue de cheminer lentement. Six mois après l’Assemblée nationale, le Sénat a adopté le jeudi 19 mars dernier en première lecture, ce projet de loi qui va poursuivre le processus dit de navette parlementaire et retourner à l’Assemblée nationale pour de nouveaux débats dont les dates ne sont pas encore connues à ce jour.

Le Comité exécutif prend acte de certaines mesures contenues dans le projet de loi (annonce d’une hausse de la prise en charge par l’APA dans le cadre du maintien à domicile, aides aux aidants, mesures sur le logement…). Toutefois, force est de constater que l’ensemble de ces mesures n’est financé que par l’enveloppe contrainte des 645 millions d’euros par an provenant de la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie (CASA) de 0,3 % assise sur les pensions des retraités imposables. Quant au volet de la réforme consacré à la prise en charge de la dépendance dans le cadre des Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (Ehpad), il est remis aux calendes grecques au nom de la nécessité de répondre aux exigences de la Commission européenne de réduction des déficits publics.

Le Comité exécutif réitère son opposition à la décision de mettre à la charge des retraités le coût de la prise en charge de la perte d’autonomie (ce que la création de la CASA a concrétisé). Il dénonce les appétits des assureurs vis-à-vis du "marché" des contrats de financement complémentaires de la dépendance. Il continue de demander la prise en charge globale, pérenne et solidaire de la perte d’autonomie, dans le cadre de la solidarité organisée par la Sécurité sociale. Il revendique non pas des aides sociales mais des droits pour tous !

Pour la défense de la Sécurité sociale et de son monopole de gestion des données de santé

La question du tiers payant ne saurait en aucune façon remettre en cause le rôle central et primordial des régimes de base dans le système de soins. Pour autant, le tiers payant généralisé ne résout pas le problème du reste à charge, lequel, entre autres choses, dépend de la pratique des dépassements d’honoraires.
S’agissant de la gestion du personnel, en particulier dans les CARSAT, le Comité exécutif demande que les moyens nécessaires en personnel soient mis à la disposition des organismes.

POUR UNE LARGE MOBILISATION DES RETRAITÉS LE 9 AVRIL PROCHAIN

Les retraités Force Ouvrière sont convaincus de la nécessité de manifester leur opposition au pacte de responsabilité et son volet social dit "pacte de solidarité́", à la rigueur budgétaire, à la loi Macron…

Dans la continuité de toutes les actions des structures confédérées Force Ouvrière, l’UCR-FO a répondu à l’appel de la Confédération Force Ouvrière à un rassemblement d’avertissement le 16 décembre 2014 en vue de marquer la volonté de tous, salariés et retraités du public et du privé, de refuser la casse des conquêtes sociales, des services publics et d’exiger d’y donner un coup d’arrêt.

Le Comité exécutif se félicite de l’appel du Congrès confédéral de Tours à une journée de grève interprofessionnelle dans l’unité. L’UCR-FO a participé activement aux débats du Congrès confédéral. Le Comité exécutif exprime sa satisfaction que la résolution protection sociale adoptée ait intégré totalement la résolution de l’Assemblée générale de l’UCR-FO qui s’est tenue les 30 et 31 octobre 2014 à Merlimont.

Conscients de la détermination des retraités à prendre place dans la construction du rapport de force, le Comité exécutif de l’UCR-FO appelle l’ensemble des retraités et des structures de l’UCR-FO à se rapprocher de leurs Unions Départementales et de leurs Fédérations afin de leur apporter tout leur soutien et de participer massivement, avec leurs camarades salariés du public et du privé, aux rassemblements et manifestations en province ou à Paris, à l’occasion de la journée nationale de grève interprofessionnelle et de manifestations du 9 avril 2015.

La mobilisation de tous les retraités Force Ouvrière est impérative pour obtenir la satisfaction de nos revendications légitimes.

Tous les articles de la campagne

Conforama annonce la fermeture des 8 magasins Confo Déco en France

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

Lors du Comité Central d’Entreprise extraordinaire du 1er avril 2015, la Direction de Conforama a annoncé la fermeture des 8 établissements Confo Déco de France, sur les sites de Paris (4e arrondissement), Marseille, Lyon (3e arrondissement), Bordeaux, Caen, Evry, Aubervilliers et Villeneuve La (...)

Ça suffit ! Maintenant, le social !

L’Éditorial de Jean-Claude Mailly par Jean-Claude Mailly

« Nous voulons accélérer les réformes. Si nous allons au bout de ce que nous avons enclenché, nous aurons alors un bilan supérieur à ce qu’a pu faire l’Allemagne il y a dix ans ! »
Cité par Les Échos, le ministre de l’Économie, M. Macron, entend donc faire du « super Hartz », nom du ministre allemand du (...)

Le 9 avril, grève et manifestations dans tout le commerce

Communiqué des Fédérations CGT, FO et SUD du commerce par Employés et Cadres

Le gouvernement, au service des grandes enseignes, a la volonté : de nous faire travailler de 5 à 12, voire 52 dimanches par an ; de créer des zones touristiques internationales sur Paris, la côte normande et d’azur ouvertes toute l’année et de nous y faire travailler tous les dimanches et la nuit ; (...)