Communiqué de FO

Le Conseil d’Etat donne raison à FO : l’arrêté d’extension de l’accord de branche créant le contrat à durée indéterminée intérimaire (CDII) est illégal !

, Frédéric Souillot, Michel Beaugas

Recommander cette page

Conseil d’État (CC BY 2.0)

Force Ouvrière se félicite de la décision du Conseil d’État du 28 novembre 2018 par laquelle la juridiction annule l’arrêté d’extension du 22 février 2014 de l’accord de branche créant le CDI Intérimaire.

Force Ouvrière avait à l’époque refusé de signer un tel accord car elle estimait, d’une part, que les interlocuteurs sociaux n’étaient pas habilités à créer une nouvelle catégorie de contrat de travail et, d’autre part, que ce contrat plaçait ces intérimaires dans une totale précarité, sans aucune protection inhérente au CDI traditionnel : pas d’indemnité de fin de mission, période d’intermission où le salarié doit se tenir à la disposition de l’agence, obligation d’accepter des missions mêmes bien moins rémunérées et/ou plus loin du domicile de l’intérimaire, etc.

C’est pour toutes ces raisons que la Confédération FO et la Fédération FO des Employés et Cadres avaient introduit des actions de contestation devant différentes juridictions pour faire reconnaître cette nouvelle forme de contrat de travail comme illégale.

Après plusieurs péripéties judiciaires, la Cour de Cassation avait d’abord donné raison à FO, le 12 juillet 2018, en estimant que les interlocuteurs sociaux n’avaient pas compétence pour créer une nouvelle catégorie de contrat de travail. Tirant les conséquences de cette décision, le Conseil d’État, dans sa décision d’hier, a annulé l’arrêté d’extension en question.

Toutefois, cette victoire est à nuancer car le gouvernement continuant à contourner le juge a sécurisé le CDII par la loi du 5 septembre 2018 « Pour la Liberté de choisir son avenir professionnel ».

A propos de cet article

Sur les auteurs

Michel Beaugas

Secrétaire confédéral au Secteur de l’Emploi et de la Formation professionnelle


  • Assurance chômage
  • Formation professionnelle continue
  • Politiques de l’Emploi
  • Travail temporaire et travail saisonnier
  • Service informatique (dont e-FO)

Envoyer un message à Michel Beaugas

Frédéric Souillot

Secrétaire confédéral au Secteur de l’Organisation, des Outre-Mer et des Affaires juridiques


  • Organisation et statuts
  • Commission des conflits et de délimitation
  • Gestion du personnel et des IRP
  • Départements et Régions d’Outre-mer
  • Droit du Travail, de la Fonction publique, Prud’hommes
  • Services juridiques et contentieux

Envoyer un message à Frédéric Souillot


Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 février 1788

Création de la Société des Amis des Noirs
La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une (...)

La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une émancipation immédiate des esclaves. Grâce à cette propagande, 49 cahiers de doléances sur 600 mentionnèrent dans leurs revendications l’abolition de l’esclavage.
La Convention abolit l’esclavage le 4 février 1794 en ces termes :
« La Convention déclare l’esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Sans amoindrir la portée émancipatrice de cette décision historique, on ne peut passer sous silence que certaines de ses raisons avaient aussi une portée de politique internationale : c’était un moyen de lutte contre les Anglais.
Bonaparte rétablit l’esclavage par la loi du 10 mai 1802 .