Le ministre de l’Économie dénonce les aberrations du marché unique de l’électricité : Il était temps !

Fédération FO Energie par Énergie et Mines

Communiqué de FO Energie et Mines

Cela fait des années que FO Énergie et Mines dénonce l’ouverture des marchés de l’électricité. Nous demandons d’ailleurs un bilan contradictoire de cette déréglementation qui nous a malheureusement toujours été refusé. Et pour cause !

Face à l’augmentation des prix de l’énergie, le débat sur le diagnostic de la situation ou sur les solutions à y apporter est sur le devant de la scène ces dernières semaines.

Les gros industriels et notamment les électro-intensifs, qui ont pourtant été à l’origine de cette déréglementation, demandent l’intervention de l’État.

Du côté des associations de consommateurs, l’UFC Que Choisir, qui n’en est pas à une absurdité près, réclame l’augmentation du plafond de l’ARENH, c’est-à-dire une spoliation encore plus grande d’EDF. Ben voyons !

La seconde grande association de consommateurs, la CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie), elle, a reconnu son erreur d’analyse : elle était favorable à l’origine à l’ouverture des marchés, mais devant son échec, elle y est maintenant hostile et réclame un grand débat public sur le sujet suivi d’un référendum pour ou contre la concurrence ou le monopole public.

Quant au Commissaire européen Thierry Breton, il a expliqué que cette hausse de l’énergie était la faute des Russes qui restreignaient l’approvisionnement en gaz, mais aussi du fait que les dernières semaines ont vu la production européenne éolienne chuter…

Plus intéressant, le ministre de l’Économie Bruno Lemaire a fait le 26 septembre une intervention remarquée sur la chaîne Public Sénat.

La citation est longue, mais cela vaut le coup de la mentionner intégralement :

Le marché unique de l’électricité ne marche pas. Il est aberrant. Nous en France, on s’approvisionne en électricité à partir des centrales nucléaires et de l’énergie hydraulique. Donc on a une énergie décarbonée et à un coût très bas. Mais le marché unique de l’électricité européen fait qu’il y a un alignement des prix de l’électricité sur les prix du gaz. Donc on prend de plein fouet cette augmentation des prix du gaz alors même qu’on a notre indépendance en matière de production électrique. C’est totalement aberrant. On ne va pas continuer comme ça.

Le marché unique de l’électricité fonctionne suivant des règles qui sont obsolètes. Il faut revoir de fond en comble le fonctionnement de ce marché unique de l’électricité parce qu’on voit bien aujourd’hui que les Français en payent la facture d’une manière qui est incompréhensible pour eux et qui est totalement inefficace du point de vue économique.

Monsieur Lemaire fait aujourd’hui semblant de découvrir l’absurdité de ce marché de l’électricité et le fait que cette ouverture ne pouvait se faire qu’au détriment des usagers français qui bénéficiaient d’un prix de l’électricité parmi les plus bas d’Europe.

  • Oui, cette ouverture du marché de l’électricité est une absurdité.
  • Oui, il faut faire sans tarder un bilan contradictoire de cette déréglementation et mettre fin à cette concurrence absurde.
  • Oui, il faut écouter les syndicats, mais aussi les Français.

Ceux-ci n’ont jamais donné leur accord à cette politique de concurrence.

Bien au contraire, car la seule fois où ils ont été consultés, ils ont refusé en 2005 le projet de Traité constitutionnel européen visant à « constitutionnaliser » la fameuse « concurrence libre et non faussée » !

Alors, chiche, monsieur le Ministre, quand joindrez-vous les actes à la parole ?

Il est temps d’agir et ne pas subir !

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

La hausse des prix de l’énergie

Revue de presse par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Gaz, électricité, essence... Les prix de l’énergie explosent ce qui fait mal au porte-monnaie et légitime d’autant plus la revendication de FO d’une hausse substantielle des salaires pour préserver le pouvoir d’achat des travailleurs n’est pas entendue.

FO appelle à la grève le 4 novembre

Énergie

La Fédération FO de l’Énergie et des Mines, qui conteste les modalités de la loi de transition énergétique, appelle les personnels des industries électriques et gazières à une grève le 4 novembre. FO s’oppose à « toute ouverture du capital des entreprises mères ou de leurs filiales », et propose d’organiser (...)