Congrès d’UD

Le Morbihan appelle à frapper fort contre les politiques d’austérité

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Le XXXe congrès de l’UD FO du Morbihan s’est tenu le 29 juin à Lorient, sous la présidence de Patrick Privat, avec 180 participants.

Faisant le bilan des quatre années écoulées, les congressistes ont pointé la conséquence des politiques d’austérité sur la disparition des services publics. Dans un département rural et assez pauvre, on mesure très bien le désengagement de l’État, c’est une vraie difficulté et une source d’inquiétude, explique Pierrick Simon, qui a été réélu par le congrès pour un quatrième mandat de secrétaire général.

Ainsi, en matière d’enseignement, au cours du dernier mandat, douze écoles rurales ont fermé et une dizaine d’établissements du premier degré ont fusionné. Ces fusions et fermetures concernent aussi le second degré. Des collèges sont passés de 400 à 800 ou 1 000 d’élèves, avec parmi les problématiques une augmentation des risques d’échec scolaire.

Dans sa résolution générale, le congrès appelle à combattre la réforme territoriale et la casse de l’enseignement public. Il souligne que dans le Morbihan, on a assisté à une fuite massive des élèves du public qui ne scolarise plus que 48% des élèves sur le département. En cause notamment, la mise en place des nouveaux rythmes scolaires qui s’imposaient dans le public, mais pas dans le privé. La FNEC FP 56 se félicite d’ailleurs que ces nouveaux rythmes aient depuis été abandonnés par 92% des communes du département.

12 trésoreries condamnées en quatre ans

Les politiques d’austérité frappent aussi les finances publiques. Une douzaine de trésoreries ont fermé ou sont en passe de l’être depuis 2014. Le congrès revendique l’arrêt immédiat des suppressions de postes et le rétablissement d’un maillage territorial permettant d’assurer un service public de qualité. Il dénonce aussi dans la résolution générale des conditions de travail extrêmement dégradées.

Les débats ont également porté sur l’agroalimentaire, l’un des principaux secteurs économiques de Bretagne, avec le tourisme et l’automobile. Dans la filière viande, nous ne sommes jamais sûrs de rien, il y a des crises cycliques dans le porc, la volaille, le bœuf, ajoute le secrétaire général. Ça fusionne de partout avec l’arrivée de mastodontes qui ne sont pas là pour faire du social. Dans sa résolution générale, le congrès revendique l’accompagnement des salariés dans la transformation de leurs métiers avec l’introduction des nouvelles technologies. Il exige qu’une commission santé et conditions de travail soit mise en place dans les entreprises de moins de 300 salariés. Il condamne aussi le recours à la sous-traitance à outrance dans les métiers de la viande.

Hausse générale des salaires, traitements et pensions

Autre thématique abordée par le congrès, une protection sociale en baisse. Une partie de la population dépend de la Caisse d’allocations familiales pour vivre, précise Pierrick Simon. Les réformes à venir en matière d’Assurance chômage, de retraite ou d’aide ou logement nous inquiètent. Ne plus pouvoir cumuler activité réduite et allocations chômage serait par exemple désastreux. Le congrès revendique une hausse généralisée des salaires, traitements et pensions, à plus forte raison dans un département comme le nôtre où les salaires sont bas.

Pour son prochain mandat, le secrétaire général s’attend à devoir faire face à un séisme social. On aura un temps fort de mobilisation, prévient-il. Pour le congrès, face à la situation économique et sociale aggravée par les différentes politiques d’austérité, une seule riposte possible : créer le rapport de force et conduire l’ensemble des travailleurs du public et du privé, les retraités, les demandeurs d’emploi vers une grève interprofessionnelle pour faire aboutir l’ensemble des revendications. Il appelle les salariés et les fonctionnaires à se réunir pour préparer les conditions du rapport de force et frapper fort une bonne fois pour toute.

Le développement de l’organisation reste la priorité avec dès à présent la préparation des élections dans la fonction publique, dans les chambres d’agriculture et dans les offices HLM.