Economie

[Le Mot] « Dépense »

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Les dépenses : publiques, elles seraient un vice, privées elles se parent de vertus, tout du moins dans un conte de fées cousu d’un fil idéologique. L’antienne a été rabâchée par les gouvernements successifs attachés à ouvrir une grande partie des services publics à l’« initiative privée ». Et le mot-clé en est : dépense. Alors qu’il vient du latin pensare, qui signifie tout à la fois « peser », « payer » et « penser ». Tout comme « panser » qui signifiait à l’origine « s’occuper de », selon l’Académie française.

Un discours pesant

Dépenser n’est pas synonyme de "dispendieux". Vouloir à tout prix contenir le déficit public sous les sacro-saints 3% du PIB, sanctifiés par la Commission européenne, entraîne forcément la réduction des dépenses publiques, vouées aux gémonies alors que les dépenses entrepreneuriales privées relèveraient du chevaleresque d’industrie ou autres. Un discours qui pèse ses mots et une politique pesante pour les ménages qui n’ont plus les moyens d’être dépensier.