Congrès d’UD

Le Nord innove pour mieux se développer

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Le XXIIIe congrès de l’union départementale du Nord s’est tenu le 26 septembre à Armentières avec 825 participants, sous la présidence de Patrick Privat et clôturé par Jean-Claude Mailly.

« Nous nous étions fixés comme objectif d’accueillir 500 militants, il y a eu un tel engouement que nous avons même dû refuser du monde pour des questions de sécurité », se réjouit Lionel Meuris, le secrétaire général qui achève son premier mandat.

Le congrès a pris une forme inédite. Les rapports d’activité avaient été déposés en amont par les militants sur le site internet de l’UD et n’ont pas été imprimés. « Les titulaires de mandats interprofessionnels ont notamment pu faire leurs comptes-rendus de manière plus détaillée, et la formule est plus économique pour nous », ajoute-t-il. Ces documents restent en ligne. Les militants y auront accès en permanence ainsi qu’à d’autres outils dans un espace qui leur est dédié.

Autre innovation, le congrès n’a pas adopté de résolution générale. « À une semaine du CCN (congrès confédéral national), cela nous semblait inadapté, puisque nous sommes une émanation de la confédération », estime Lionel Meuris.

Boîte à idées

À la place, les militants étaient invités à proposer des actions et débattre pour esquisser le prochain plan de développement syndical de l’union départementale. La boîte à idées reste ouverte jusqu’à la commission administrative du 9 octobre, qui renouvellera le bureau. En décembre, cette commission votera le plan définitif, basé sur les propositions des congressistes.

« Ce sera notre ligne de conduite pour les années à venir, le fil rouge, ajoute le secrétaire général. Le développement syndical est la seule vraie réponse aux mauvaises lois sur la représentativité. C’est aussi le résultat des efforts de tous les militants. Les compteurs tournent chaque jour et nous on veut gagner. »

Et pour cela il n’existe que deux solutions, créer de nouvelles implantations et faire grandir celles qui existent. Dans le département, FO a déjà de bonnes positions. Elle est arrivée deuxième aux élections TPE et troisième au niveau interprofessionnel, à 10 000 voix du second.

Les prochaines échéances, les élections dans la fonction publique, à la MSA et dans les HLM, seront l’occasion de se lancer à bras le corps dans le combat. L’union départementale est déjà en campagne. La veille du congrès, elle avait organisé avec Jean-Claude Mailly une visite de l’hôpital d’Armentières, où des travaux de rénovation sont plus nécessaires aux urgences.