Le syndicalisme américain

Histoire par Christophe Chiclet

Manifestation des IWW à New York en 1914

Le mouvement syndical aux États-Unis est à l’image de ce pays continent, vaste et varié. Le syndicalisme fut d’abord de confrontation, puis grâce aux puissances de ses organisations, de négociation en position de force.

Aux États-Unis, le syndicalisme s’organise dès le départ sur la méthode des Trade unions britanniques. En 1860, un ancien pasteur devenu ouvrier tailleur, fonde à Philadelphie une société secrète destinée à améliorer la situation des travailleurs : Les Chevaliers du Travail. En 1886, les Chevaliers sont 70 000, année où est créée l’American Federation of Labour (AFL) qui regroupe certains Chevaliers et six unions de métier. Le syndicalisme moderne vient de naître. L’AFL est divisée en deux courants. Les militants d’origine anglo-saxonne ne veulent pas détruire le capitalisme, contrairement à leurs camarades venus d’Allemagne, d’inspiration marxiste. En 1914, l’AFL compte plus d’un million d’adhérents, use de la grève et du boycott, mais aussi négocie nombre de conventions collectives. Mais les patrons américains sont très durs, d’où de nombreuses violences sur les piquets de grève. On se souvient du 1er mai 1886 et du massacre de Haymarket à Chicago.

En 1912, Wilson entre à la Maison blanche et accepte le programme revendicatif de l’AFL en faisant adopter le « Clayton Act », qui légitime les syndicats. Mais le train de vie des dirigeants de la Fédération irrite. En 1905, socialistes et surtout anarchistes, fondent les IWW (Industrial Workers of the World). Ils recrutent essentiellement dans le prolétariat italien, hispanique, russe et juif ashkénaze. Le 12 mars 1917, l’AFL accepte l’entrée en guerre du pays en échange d’être représentée dans les Commissions de médiation pour régler les conflits du travail. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les métallos, cheminots et mineurs sont en pointe des grèves, mais sévèrement réprimés par la justice.

La crise de 29

Avec le krach boursier de 1929, les grèves deviennent difficiles lorsqu’il y a sur le marché des millions de chômeurs prêts à accepter des conditions de travail médiocres. Le travail de l’AFL est alors essentiellement défensif. Cette dernière fait voter massivement pour Roosevelt aux élections de novembre 1932. Ainsi, quand en juin 1933, il fait voter la loi du « Redressement Industriel National », il renforce les conventions collectives, augmente les salaires minimums, améliore les conditions de travail, mais surtout protège les syndiqués des manœuvres de la mafia et des syndicats jaunes. L’AFL gagne alors toutes ses grèves chez les mineurs et dans l’habillement et s’implante dans l’automobile, le pétrole et la chimie. En un an, elle double son nombre d’adhérents, passant à 4 millions. La loi Wagner de 1935 ne fait que renforcer le poids et le rôle des syndicats dans le monde du travail.

Deux conceptions s’opposent alors au sein de l’AFL : le syndicalisme traditionnel et celui à base industrielle, derrière la fédération des mineurs. La scission a lieu en novembre 1938, les seconds fondant le CIO (Congress of Industrial Organizations). En janvier 1941, les deux centrales siègent au sein de l’Office de l’organisation de la production qui pilote le New Deal, puis fin 1941, la production de guerre.

Avec la guerre froide qui débute en 1947, le pouvoir des syndicats est sensiblement diminué. La loi Taft-Hartley limite la loi Wagner, sous prétexte de lutter contre les communistes. Le droit de grève est en parti encadré. En 1959, le Congrès vote, malgré l’opposition des syndicats, la loi Landum-Griffith qui aggrave la loi Taft-Hartley. En décembre 1955, face à la contre-offensive patronale, les dirigeants de l’AFL et du CIO réalisent l’unité syndicale sous la houlette de George Meany. A la fusion, l’AFL compte dix millions d’adhérents et le CIO cinq. Mais l’Union des travailleurs de l’automobile, qui a quitté l’AFL, rejoint l’Union des routiers (toujours largement gangrenée par la mafia) pour fonder en 1970 une centrale dissidente, l’Alliance for Labor Action, forte de quatre millions de membres. Si en 1975, l’AFL-CIO comptait 16 millions d’adhérents, dans les années 50 et 60, le taux de syndicalisation est passé de 33% à 26%. Aujourd’hui, la centrale américaine compte 13 millions de syndiqués. Depuis 2009, elle est présidée par Richard Trumka, issu de la fédération des mineurs.

Sur le même sujet

Le syndicalisme international

Histoire par Christophe Chiclet

Dès le début du XXe siècle des syndicats se sont formés aux quatre coins du monde. Rapidement germe l’idée de se fédérer à l’échelle internationale, entraînant l’apparition de différentes internationales : libre, chrétienne, communiste.

Ces sanglants 1er Mai : Fourmies, 1891

Histoire par Christophe Chiclet

Non, le 1er mai n’est ni la fête du travail, ni la fête des travailleurs, mais la journée internationale de revendications et de solidarité, marquée par le sang des travailleurs depuis 1886, de Chicago à Istanbul, en passant par Paris et Fourmies.

Traité transpacifique : campagne de l’AFL CIO contre le Fast Track

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°27 par Secteur Europe - International

Du 15 au 21 avril, la centrale américaine AFL CIO a organisé une campagne à Washington et d’autres villes des États Unis contre le traité transpacifique (TPP) et en particulier la procédure du Fast Track qui permettra au Congrès américain d’entériner la ratification du Traité sans véritable débat. Le (...)

La fondation des Bourses du travail

Histoire par Christophe Chiclet

Les Bourses du travail ont été primordiales et nécessaires pour le développement des jeunes syndicats français. L’œuvre des Bourses a été d’apporter des éléments concrets d’organisation.