Les employés du casino de Deauville manifestent pour une amélioration de leurs conditions de travail

Conditions de travail par Françoise Lambert, journaliste L’inFO militante

Les salariés du casino de Deauville demandent le paiement de leurs heures supplémentaires et dénoncent le manque d’effectifs.

Après deux mobilisations les samedi 8 août et 15 août à l’appel de leur syndicat FO, les salariés du casino de Deauville, réunis en assemblée générale le 18 août, ont décidé d’un nouveau mouvement de grève, qui durerait cette fois tout le week-end, les samedi 22 et dimanche 23 août. « Confrontés à la surdité de la direction, les salariés n’ont d’autre choix que de poursuivre et amplifier la mobilisation », indique Sophie Giannini, déléguée syndicale FO.

A l’origine du malaise, un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) présenté en décembre 2014 par la maison mère, le groupe Lucien Barrière, qui s’est traduit par la suppression de 70 postes dans sa Société des hôtels et casinos de Deauville. « Avec un effectif moindre, les employés ne sont plus en mesure de prendre leurs récupérations », explique Sophie, dont le syndicat s’oppose en outre à la dénonciation de l’accord d’entreprise. Pour FO, la proposition d’engagement de la direction sur les heures de travail et le temps de travail, acceptée par deux autres syndicats, ne suffit pas. FO demande la signature d’un véritable accord.

Sur le même sujet

Projet d’ouverture de Clubs de jeux sur Paris

Emploi et Salaires par Employés et Cadres

Communiqué de la FEC-FO - Section Casinos et Cercles de Jeux
La Section Fédérale FO des Casinos et Cercles de Jeux demande aux sénateurs le retrait de l’article 28 du projet de loi portant sur le statut de Paris et l’aménagement du territoire.
Cet article instaure les clubs de jeux sur Paris, sans (...)

Généralisation du contrôle aux entrées dans les points de vente Française des jeux, Force Ouvrière se félicite

Economie par Employés et Cadres

Depuis des années, dans les échanges entretenus avec les ministères, Force Ouvrière milite en faveur de la mise en place d’un contrôle d’accès généralisé des jeux d’argent, notamment pour les points de vente PMU et Française des jeux (FDJ). La forte progression des situations d’addiction tant chez les mineurs que chez les adultes en situation de fragilité n’est pas acceptable.