Loi travail : quelle porte de sortie ?

Le Téléphone sonne - France Inter par Pascal Pavageau

Article publié dans le Dossier Loi Travail

Emission présentée, le lundi 30 mai 2016, par Mickaël Thébault avec Pascal Pavageau Secrétaire confédérale FO chargé de l’économie et Olivier Faure, Deputé socialiste de Seine-et-Marne, Vice président du groupe à l’Assemblée Nationale

Pascal Pavageau SECRETARIAT GENERAL

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Loi Travail

La journée du 23 juin a démontré une nouvelle fois la grande détermination des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es, à poursuivre la mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi Travail et des nouveaux droits.

Revue de presse : La bataille de la loi Travail

Emploi et Salaires par Michel Pourcelot

Les multiples réactions à l’avant-projet de la oi Travail, dite également Loi El Khomri, continuent à faire couler de l’encre dans les médias, traditionnels ou sociaux, qui scrutent l’orchestration d’une valse-hésitation semblant millimétrée.

Loi Travail : la manif à Paris c’est parti !

Mobilisation par Yves Veyrier

Des centaines de milliers de salariés de tous les départements sont venus manifester à Paris.
Pour beaucoup, les deux nuits à venir seront courtes : départ de très bonne heure pour rejoindre Paris, et retour au cours de la nuit suivante. L’organisation du cortège tiendra compte évidemment de l’éloignement afin de permettre à ceux qui auront un long trajet de retour de manifester en tête pour rejoindre plus facilement leur car. Dans les DOM TOM, des actions de soutien auront lieu sur place, comme dans les départements les plus éloignés où il est difficile de trouver le moyen de monter à Paris.

49-3 bis repetita : une sortie par le bas

Communiqué de FO



En recourant une nouvelle fois au 49.3, arme constitutionnelle, le Premier ministre et le Président de la République effectuent un passage en force final sur un projet de loi ultra minoritaire.

Pour Force Ouvrière cela constitue de nouveau un véritable déni de démocratie.