La loi de 1905 ne doit pas être modifiée

Laïcité par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

© Nicolas TAVERNIER/REA

Communiqué de la Fédération Nationale de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle, de la Confédération Générale du Travail - Force Ouvrière

Le président de la République vient d’annoncer qu’il entendait transformer au début de l’année 2019 la loi de 1905 établissant la Laïcité de l’État et de l’Ecole en France. Cette transformation porterait sur les aspects financiers et sur la labellisation de certains cultes qui seraient reconnus officiellement.

Pour la FNEC FP FO, si cette initiative voyait le jour, il s’agirait d’une remise en cause des principes fondateurs de la loi de 1905 puisque celle‐ci ne reconnait ni ne finance aucun culte.

Depuis des années, de nombreux accrocs ont été faits à la loi de 1905, en particulier concernant le respect de la Laïcité de l’école puisque les lois Debré – Guermeur notamment, ont autorisé le financement des établissements privés religieux.

De plus le ministre de l‘Education nationale avec son projet de loi intitulé « l’école de la confiance », s’apprête à commettre un nouvel accroc ; ainsi il tente d’imposer un financement public supplémentaire des établissements privés en maternelle par des fonds publics en prétendant imposer la scolarité dès l’âge de 3 ans alors que la fréquentation actuelle est de 98 % dans le public.

Cependant le projet présidentiel, s’il voit le jour, aboutira à une véritable dénaturation de la loi de 1905. Il élèverait les écoles privées confessionnelles au niveau de service public au même rang que l’Ecole de la République , et ce, dès lors que leur religion serait officiellement reconnue. Ainsi il parachèverait l éclatement de l’Education nationale en une multitude d’établissements à caractère particulier, s’inscrivant dans la mise en œuvre de la territorialisation et de CAP 22.

Pour toutes ces raisons, la FNEC FP FO demande solennellement au président de la République d’abandonner son projet de révision de la loi de 1905.

Sur le même sujet

Pascal Pavageau : « L’école doit retrouver le chemin de l’égalité républicaine »

Éditoriaux de FO par Pascal Pavageau

En ces jours de rentrée scolaire, la Confédération apporte son soutien plein et entier à toutes celles et ceux qui font vivre l’école de la République. Une école aujourd’hui fragilisée, territorialisée et morcelée, aux moyens insuffisants et disparates : une école dont les contre-réformes successives ont fait l’un des symboles du désengagement de l’État.

Qu’y a-t-il derrière l’évaluation des élèves, des établissements et des personnels ?

Service Public par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Le ministre de l’Education souhaite faire basculer l’école dans la « culture de l’évaluation ». A travers ce chantier, présenté comme « un puissant outil de transformation de l’école », se déclinent toutes les orientations gouvernementales du nouveau « contrat social dans la Fonction publique » et de CAP 22 : c’est‐à‐dire le démantèlement de la Fonction publique.

Elections Fonction Publique : Un très bon résultat à l’Education nationale

Actualités par Yves Veyrier

A l’Éducation nationale, sur près d’un million d’électeurs (990 278 inscrits) et avec un taux de participation en hausse de 3,19% (413 259 suffrages exprimés donnent une participation de 41,73%), FO est une des deux seules organisations syndicales à progresser sur le vote pour la composition du CTM (Comité technique ministériel).

Modalités de la réforme territoriale dans l’Éducation nationale

Le désaccord

FO et trois autres syndicats ont voté contre le projet de décret qui définit les modalités de la réforme territoriale dans l’Éducation nationale lors du comité technique paritaire du 4 novembre. Deux autres s’étant abstenus, le ministère n’a obtenu aucun soutien de la part des syndicats. Ce projet de (...)