Pandémie : protéger la santé des salariés et limiter la catastrophe sociale et économique

Commerce par FGTA-FO

© Romain GAILLARD/REA

Communiqué de la FGTA-FO

La France est désormais au stade 3 de l’épidémie. Restaurants, bars, discothèques, cinémas... sont appelés à fermer leurs portes depuis le 14 mars à minuit.

Nous comprenons cette décision du Premier ministre, mais nous mesurons aussi les conséquences qu’elle aura sur les salariés et les professionnels.

La FGTA-FO demande aux employeurs de l’hôtellerie de fermer dès à présent les bars, restaurants, ainsi que les salles de petits-déjeuners.

La FGTA-FO soutient toutes les initiatives pour le renforcement du fonds de solidarité et le déplafonnement du dispositif de chômage partiel. Celui-ci doit venir en aide à tous les salariés (CDI, CDD qui n’ont pas assez cotisé...) ainsi qu’aux saisonniers si cette situation perdure jusqu’à l’été.

Nous demandons aussi à toutes les Commissions sociales du secteur de l’Hôtellerie-Restauration (Hôtels, Cafés et Restaurants, Restauration rapide, Hôtellerie de plein air...) de rester en veille afin de venir en aide aux salariés en grande difficulté.

Pour toute demande d’aide concernant le fonds d’action sociale, n’hésitez pas à transmettre votre demande à nabil.azzouz@fgta-fo.org.

La FGTA-FO demande par ailleurs la mise en place de réelles dispositions de prévention pour les salariés de la restauration collective, notamment pour ceux qui travaillent dans le milieu hospitalier et dans la restauration inter-entreprises.

Les restaurants inter-entreprises doivent être considérés comme des établissements accueillant du public, donc à fermer.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

La FGTA-FO revendique la reconnaissance « de l’état de nécessité sociale » pour les salariés précaires des hôtels et restaurants

Toute l’actualité par FGTA-FO

Mardi 26 mai 2020 à Paris, Rouen, Nantes, Dijon, Toulouse, Nice se sont déroulés des rassemblements de protestation de salariés issus notamment de la restauration et de l’hôtellerie qui sont parmi les plus durement frappés par la crise du COVID-19. Les salariés de ces secteurs d’activités comptaient déjà avant la crise parmi les plus précaires.