Congrès d’UD

Philippe Cousin succède à Dominique Perchet en Haute-Marne

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Le XXIIe congrès de l’union départementale de Haute-Marne s’est tenu le 2 octobre 2018 à Chaumont-Semoutiers, avec 240 participants, sous la présidence de Patrick Privat. Philippe Cousin a été élu secrétaire général.

Homme de terrain, c’est ainsi que se qualifie Philippe Cousin, 59 ans, qui a été élu par le congrès secrétaire général de l’union départementale de Haute-Marne, le 2 octobre 2018. Il prend la succession de Dominique Perchet, qui occupait ce poste depuis 11 ans, et qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Depuis son entrée dans la vie active à l’âge de 15 ans, Philippe Cousin a été successivement boulanger, bûcheron, ambulancier, ouvrier en usine, employé aux services techniques de la ville de Chaumont… Il a adhéré à FO en 1993 pour se battre contre un PSE. Dès le congrès suivant, en 1995, il est devenu secrétaire général adjoint, un poste qu’il n’a jamais quitté depuis.

L’une des priorités de son mandat concerne le développement et la syndicalisation, avec comme objectifs la création de nouvelles implantations et la progression du nombre d’adhérents dans les syndicats existants. On a déjà une commission de développement qui est force de proposition et qui se réunit tous les mois, souligne le nouveau secrétaire général. Les copains font leur boulot. Ils ont édité un guide du développement, ils ont contacté tous les syndicats, et ça porte ses fruits. Depuis octobre 2016, FO s’est implanté dans une dizaine d’entreprises, notamment chez Ambulances Clément, Onet Sécurité ou Argo France (vente de matériels agricoles).

Dégradation des services publics

En matière de représentativité, FO arrive en tête dans la fonction publique hospitalière et de l’État. Au niveau interprofessionnel, elle est en troisième place, avec 20,61% des voix. Dans la métallurgie Haute-Marne/Meuse, FO a progressé de plus de 5 points en 4 ans, pour atteindre 25,49 % de représentativité.

Un autre combat est mené contre la dégradation de la qualité des services publics dans ce département rural qui se dépeuple lentement. Les Haut-Marnais, citoyens de seconde zone totalement démunis, sont abandonnés et éloignés de tous moyens de transport en commun, de réseaux de communication efficients, des bassins d’emploi et de l’offre de soins, dénonce le congrès dans sa résolution générale. Toutes les administrations sont concernées par cet éloignement, comme le rappelle le rapport d’activité : santé, préfecture, impôts, éducation, intercommunalités, conseil départemental, conseil régional…

Un million d’euros pour les Ehpad

Mais la mobilisation, qui réunit les camarades fonctionnaires, l’UD, les retraités et parfois les élus locaux, porte ses fruits. On a réussi à maintenir quatre trésoreries générales, se félicite Philippe Cousin. De même, dans les établissements de santé, où la situation est catastrophique en terme d’offres de soins, de finances et de conditions de travail des personnels, les actions de FO menées début 2018 ont été payantes. Le conseil départemental a voté un million d’euros supplémentaire sur 4 ans pour financer l’achat de matériels dans les Ehpad. Par ailleurs, l’autonomie de l’hôpital de Joinville est préservée et les capacités d’hospitalisation maintenues.

Autre revendication portée par le congrès dans sa résolution générale, l’augmentation généralisée des salaires alors que le salaire moyen haut-marnais reste toujours inférieur de 10% au salaire moyen national. Au cours du dernier mandat, l’union départementale a apporté son aide aux camarades qui se sont battus dans le cadre des NAO pour obtenir quelques avancées et maintenir leurs emplois. C’est notamment le cas des salariés de 3P qui, en juillet 2018, après trois jours de grève, ont obtenu une augmentation salariale digne de ce nom.