Economie

Prélèvement à la source : compliqué, coûteux et dangereux pour les salariés

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu n’exonérera pas le salarié de remplir une déclaration. © Jean-Claude MOSCHETTI / REA

Pour vendre son projet de prélèvement à la source (PAS) de l’impôt sur le revenu, le gouvernement vante une réforme simplifiant l’impôt par la « contemporanéité » entre la perception des revenus et leur imposition. Au vu du texte soumis au Parlement, une grande complexité fiscale s’annonce au contraire pour les salariés-contribuables. Sans compter que le dispositif, qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2018, est porteur de mesures qui pèseront sur le pouvoir d’achat.

Zones grises pour une année blanche

L’année 2017 sera une année blanche, c’est-à-dire sans fiscalisation des revenus. Le contribuable recevra un avis d’imposition qui notifiera un Crédit d’impôt de modernisation du recouvrement (CIMR) qui annulera l’imposition des revenus. En 2017 toutefois, les salariés ne seront pas exemptés de l’impôt sur le revenu puisqu’ils s’acquitteront de celui portant sur leurs revenus de 2016. Par ailleurs, un revenu exceptionnel (vente d’un bien immobilier…) perçu en 2017 sera imposable. Les crédits d’impôt pour des dépenses réalisées en 2017 (travaux d’habitation…) seront pris en compte mais de manière décalée. Ils ne seront restitués au contribuable que plus d’un an après, soit au milieu de l’année 2018. Pour se prémunir contre l’optimisation fiscale (déclarer un maximum de dépenses), l’État a prévu par ailleurs d’allonger le délai de prescription de ces contrôles. L’administration pourra ainsi demander des justificatifs sur les revenus de 2017 pendant quatre années. Actuellement, la prescription pour le contrôle est de trois ans.

Le salarié perd le contrôle de son impôt

Dès 2018, « le contribuable salarié n’a plus la main sur le paiement de l’impôt puisque celui-ci est prélevé directement sur le salaire », explique Frédéric Liautaud, chargé de la mission fiscale au syndicat FO de la DGFIP (finances publiques). Le système de prélèvement d’un acompte sur le salaire contraindra en parallèle le contribuable à réaliser des démarches supplémentaires auprès de l’administration afin de régulariser sa situation.

L’assiette qui coûtera cher

L’assiette de la retenue du prélèvement à la source sera constituée du montant net imposable sur les salaires versés, ainsi que des « avantages accordés », par exemple des crédits d’impôt ou abattements spécifiques. L’assiette de l’acompte sera calculée avant application des mesures relatives aux frais professionnels et de l’abattement de 10 % sur les pensions et retraites… « Pour le contribuable, cela revient à faire une avance de trésorerie à l’État car les frais et l’abattement seront remboursés a posteriori », explique Frédéric Liautaud.

Des restitutions renvoyées aux calendes grecques

À partir de 2018, l’application des réductions, exonérations ou autres déductions fiscales va se compliquer en cas de changement de situation en cours d’année. Le contribuable devra attendre sa déclaration d’impôts pour informer l’administration de ces changements, laquelle transmettra alors un nouveau taux de prélèvement à l’employeur. « La régularisation vis-à-vis du contribuable interviendra plus d’un an après. Par ce règlement a posteriori, l’État détiendra une trésorerie abusive », s’irrite Frédéric Liautaud. Ce décalage dans la régularisation pourra porter sur les déclarations de cotisations syndicales, de dons à des associations, de travaux d’amélioration d’une habitation…

Pour FO DGFIP, ce système complexifie les démarches des contribuables. © HAMILTON / REA

Néanmoins, le contribuable pourra informer en cours d’année l’administration de ces changements et lui demander de baisser le taux de prélèvement. Attention toutefois, cette modulation à la baisse du taux devra être supérieure à - 10 % pour un montant minimum de 200 euros de moins à prélever. Attention encore, une modulation à la baisse « trop importante » sera sanctionnée, ainsi que les demandes abusives de modulation. En revanche la modulation à la hausse « sera encouragée » par l’administration pour éviter une importante régularisation ultérieure. « Le système du prélèvement à la source complexifie ces démarches, notamment par l’étape supplémentaire de la transmission des modifications à l’employeur », constate FO DGFIP.

Un sale coup pour les jeunes et les précaires

Le projet indique que le salarié devra s’acquitter du paiement de l’impôt dès sa première année d’activité et non plus l’année qui suit. « Cela aura un impact financier important sur ces jeunes salariés et/ou précaires », s’indigne FO DGFIP. Cerise sur le gâteau, « en l’absence de taux transmis par l’administration », puisque ce jeune est inconnu de l’administration fiscale, c’est « le collecteur », c’est-à-dire l’employeur, qui « appliquera un taux proportionnel sur la base d’une grille de taux par défaut [fournie par l’administration, NDLR] dépendant du montant de la rémunération versée ». Ce même système sera appliqué notamment aux salariés effectuant un contrat court. La mission de l’employeur va donc bien au-delà de la collecte de l’impôt. En affectant un taux de prélèvement à la source au salarié-contribuable, il se substitue à la mission régalienne de l’État.

Les taux qui informent l’employeur

Un couple aux niveaux de salaires très différents pourra opter pour une individualisation du taux d’imposition du foyer fiscal. Pour autant il ne sera pas maître de son choix. « Le taux et l’option étant respectivement calculés et proposés par l’administration », précise le projet. Selon les modalités choisies, ce système apporta des informations à l’employeur, lequel connaît déjà des éléments d’état civil du salarié. Pour tenter de masquer sa situation personnelle (revenus autres que salariaux…), un salarié pourra demander aussi que son taux de prélèvement ne soit pas transmis à son employeur. C’est l’employeur qui affectera alors à ce salarié un taux « neutre » de prélèvement correspondant, selon la grille de l’administration, au niveau d’imposition des salaires perçus. « Pour un employeur, cela signifiera qu’il y a anguille sous roche. Que le salarié cherche à cacher un revenu autre que son salaire », indique FO DGFIP. Plus largement, ces indications fournies sur un plateau à l’employeur ne pourront que compliquer l’exercice de revendications, salariales notamment. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

21 février 1884

La grève des mineurs d’Anzin
Article de René Gibère paru dans Force Ouvrière n°491, daté du 7 juillet 1955. _ Ce n’était pas la première fois que les ouvriers mineurs du bassin houiller d’Anzin se mettaient en grève pour obtenir l’amélioration de leur condition d’existence. Pendant les années de 1833, 1846, 1848, 1855, 1864, 1866, (...)

Article de René Gibère paru dans Force Ouvrière n°491, daté du 7 juillet 1955.
_ Ce n’était pas la première fois que les ouvriers mineurs du bassin houiller d’Anzin se mettaient en grève pour obtenir l’amélioration de leur condition d’existence. Pendant les années de 1833, 1846, 1848, 1855, 1864, 1866, 1872, 1874, 1878, 1879, 1880, ils luttent et revendiquent tantôt pour des mesures de sécurité et d’hygiène dans le travail. Parfois ils atteignent leurs objectifs, mais souvent, ils se heurtent à l’incompréhension et au refus brutal de la Compagnie. Au cours de ces grèves successives, les mineurs prenaient chaque fois leur responsabilité avec gravité et discernement, même lorsque la grève avait pour conséquence le licenciement. Cependant, les actions revendicatives, dès le début, développèrent leur esprit combatif, leur force morale et leur sentiment de solidarité.
La grève qui éclata le 21 février 1884 et se prolongea jusqu’au 17 avril, fut provoquée par la Compagnie de houillère elle-même qui imposa brusquement un changement dans l’organisation du travail des mineurs. En effet, la Compagnie avait décidé que : 1° Les ouvriers seraient responsables de leurs travaux pendant toute la durée de leur galerie, et que de ce fait les vieux et les jeunes ouvriers seraient supprimés ; 2° L’ouvrier devra se surcharger de bois pour les réparations ; 3° La Compagnie ne fera plus de remblais, de là des éboulements seront très fréquents ; 4° L’entretien de la voie ferrée, le matériel et la responsabilité des accidents, seraient à la charge des mineurs. Les ouvriers jugèrent cette modification inacceptable. Basly, secrétaire général de la Chambre syndicale, dans une lettre, adressée aux députés et aux autorités du département du Nord, expliqua et justifia l’opposition des mineurs à ce nouveau mode de travail, préjudiciable à leur santé et à leur salaire, déjà au-dessous du minimum (3 fr. 50 par jour).
À la suite d’un entretien qui eut lieu entre la délégation syndicale et la Compagnie, cette dernière maintenant sa décision, les mineurs décidèrent la grève, dans un commun accord. « Considérant que le gouvernement n’est pas intervenu en leur faveur, disait un manifeste syndical, destiné aux mineurs, que la Chambre et les commissions d’enquête se prononcent contre eux, les délégués se réservent comme dernière arme d’inviter les autres ouvriers des Charbonnages de France à se mettre en grève ». (On sait qu’à la suite de ce manifeste, des mineurs, réunis à Saint-Étienne, votèrent contre la grève générale et refusèrent de s’associer au mouvement). Les travailleurs de la Mine d’Anzin revendiquèrent le rétablissement de l’ancien système de travail et la réintégration des ouvriers congédiés pour des grèves antérieures. Or, la Compagnie resta inébranlable dans sa position, et voyant la résistance opiniâtre des grévistes, elle licencia, par surcroît, 140 mineurs syndiqués.
La misère dans les familles de mineurs était telle qu’à Denain, des manifestations violentes eurent lieu, suivies de sanglantes échauffourées entre les mineurs et les gendarmes. Pour éviter de nouvelles collisions, des troupes furent envoyées pour occuper toutes les fosses. Des grévistes qui protestèrent contre l’intervention de l’armée, furent emprisonnés et condamnés de la jours à 3 mois de prison.
À la Chambre, le député socialiste Clovis Hugues interpella le gouvernement sur « la présence de l’armée dans la mine d’Anzin » et, bien que l’Assemblée vota une motion platonique sur le « respect de la liberté des ouvriers », la situation ne changea guère. Et après 56 jours de luttes âpres, les mineurs reprirent le travail, dans les conditions fixées par la Compagnie.
En octobre 1884, Basly déclara devant la Commission d’enquête à propos de la grève d’Anzin : « Le système de travail qu’on voulait appliquer, nous paraissait contraire à nos intérêts, car il abaissait les salaires et exigeait un travail supplémentaire. La vérité, c’est que la Compagnie voulait la grève, et en définitive, elle cherchait à détruire le syndicat ».
Si la Compagnie houillère d’Anzin avait atteint son but, en contraignant les mineurs à reprendre le travail, elle était la cause de mécontentements continuels, qui devaient aboutir à de nouveaux conflits.