Projet de loi sur le renseignement : attention danger !

Communiqué de Force Ouvrière par Didier Porte

A quelques jours du vote du projet de loi sur le renseignement par les députés, FO ne peut que marquer son inquiétude et son opposition à la mise en place d’un dispositif qui expose tous les citoyens –de près ou de loin – à une surveillance généralisée et trop peu contrôlée.

De ce point de vue, depuis plusieurs années, FO constate une volonté des pouvoirs publics de multiplier les dispositifs de contrôle (Edvige, Ardoise, Ariane…) avec des risques de déviance déjà constatés (notamment sur les prélèvements ADN).

Dans le contexte de tensions que notre pays traverse et suite aux événements tragiques du début d’année, il semblait légitime de donner plus de moyens aux services de renseignements afin de lutter plus efficacement contre le terrorisme, à condition toutefois de respecter les libertés fondamentales de chaque citoyen. Or, FO considère que cet équilibre n’est pas atteint.

En effet, certaines techniques utilisées (IMSI-catchers…), ou encore l’allongement de la durée de la conservation des données collectées, font craindre des dérives attentatoires à nos valeurs républicaines, à nos libertés individuelles et collectives, et à l’activité syndicale en particulier.

C’est pourquoi Force Ouvrière demande aux parlementaires d’apporter toutes les garanties nécessaires afin que ces dispositifs ne dérivent pas vers une surveillance généralisée des citoyens et/ou une utilisation abusive de ces données, et qu’ils soient limités à des domaines très restrictifs.

Didier Porte Secrétaire confédéral au Secteur des moyens et de la logistique

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Réforme du CESE - FO s’adresse au Premier ministre

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Alors que le projet de loi organique relatif aux conditions de fonctionnement et à la composition du Conseil économique, social et environnemental (CESE) est à l’ordre du jour au Conseil des ministres, FO s’est adressée au Premier ministre.

Rétablissement de la prime Naissance

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le 25 juin 2020, la proposition de loi de M. Lurton qui consiste à rétablir le versement de la prime à la naissance au 7e mois de grossesse d’un montant de 947,32 euros, a été adoptée en première lecture à l’unanimité.