Quelle réforme pour le droit d’asile ?

Réfugiés par Françoise Lambert

Groupe de réfugiés à la Cour nationale du droit d’asile, venus voir les résultats des recours déposés auprès de la Cour pour leurs demandes d’asile. © Baptiste FENOUIL / REA

Soixante à soixante-dix mille personnes font une demande d’asile en France chaque année. Le point sur le droit d’asile, au moment où la réforme d’un système engorgé est étudiée par le Parlement.

Le projet de loi Cazeneuve, en examen au Parlement, répond à une obligation de transposer des directives européennes dans la loi française. Il a pour objet d’améliorer les conditions d’accueil des demandeurs d’asile et de réduire le délai de traitement des dossiers à neuf mois, contre plus de deux ans actuellement. Le texte est sorti métamorphosé après son passage au Sénat à la mi-mai, avec des amendements imposant aux déboutés de sortir du territoire français sans pouvoir demander une autre forme de régularisation.

La France est l’un des rares pays à voir baisser les demandes d’asile. Pour la première fois depuis six ans elles ont diminué en 2014, de - 2,2 %, selon l’Office français de protection des réfugiés (Ofpra).

Le nombre de demandes d’asile à la baisse

Avec 64 811 demandes d’asile, l’Hexagone est ainsi devenu le quatrième pays d’accueil des demandeurs d’asile en Europe, derrière l’Allemagne, l’Italie et la Suède. Les demandes d’asile augmentent dans la majorité des États. La hausse atteint 58 % en Allemagne et aux Pays-Bas, 50 % en Suède et 10 % en Belgique et en Suisse. Dans un contexte international d’augmentation des conflits armés, le nombre de demandes d’asile déposées dans les 44 pays les plus industrialisés a explosé entre 2013 et 2014. Environ 866 000 personnes ont demandé un statut de réfugié dans l’un de ces États, soit une hausse de 45 % par rapport à l’année précédente, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Les pays de l’Union européenne (UE), eux, ont accordé l’asile à 185 000 personnes en 2014, dont près de 70 000 Syriens. Avec l’afflux de migrants traversant la Méditerranée, la Commission européenne souhaite instaurer un mécanisme de quotas obligatoires pour mieux répartir l’accueil des réfugiés au sein de l’UE. Une proposition qui doit passer devant le Conseil européen.

En France, où l’Ofpra et, en deuxième instance, la Cour nationale du droit d’asile rejettent 75 % des dossiers de demande d’asile, le système d’accueil des réfugiés reste très engorgé. La Commission nationale consultative des droits de l’homme, autorité administrative indépendante dont FO est membre, rappelle que les 22 000 places d’accueil dans les centres pour demandeurs d’asile ne permettent la prise en charge que de 13 000 nouvelles personnes par an. Elle estime qu’« une véritable politique de l’asile ne peut tolérer une approche purement quantitative et économique, mettant en exergue la hausse du nombre de demandeurs et l’accroissement des coûts ». 

Éclairage : Principes du droit d’asile
La convention de Genève du 28 juillet 1951, signée dans le contexte international tendu de la guerre froide, après un conflit mondial qui a fait des millions de déplacés, reste aujourd’hui la clef de voûte du droit d’asile international.
Ce traité reconnaît la qualité de réfugié à « toute personne craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques ».
Il laisse à la libre appréciation des États signataires l’octroi d’un asile, mais leur impose le non-refoulement vers un pays où la vie des réfugiés serait en danger.

Françoise Lambert Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Des salaires minimum sous le seuil de pauvreté dans dix pays de l’UE

Europe par Evelyne Salamero

Alors que l’Union Européenne s’apprête à se doter d’un socle des droits sociaux lors du sommet du 17 novembre à Göteborg en Suède, la Confédération européenne des syndicats tire la sonnette d’alarme : dans dix de ses États membres, le salaire minimum ne dépasse pas 50% –dans le meilleur des cas– du revenu (...)

La Wallonie, mégaphone des opposants au Ceta

Libre-échange par Nadia Djabali

Après quinze jours de gloire pour la Wallonie, l’UE et le Canada ont signé dimanche 30 octobre 2016 le traité de libre-échange Ceta. Début 2017, le Parlement européen devrait ratifier le texte. Lançant son application partielle et provisoire le temps que l’accord passe devant les 38 parlements nationaux et régionaux avant d’entrer en vigueur pleine et entière.

FO refuse que les salariés de Conforama payent l’addition

Emploi par Clarisse Josselin

Inquiets pour l’avenir de Conforama et des 9 000 salariés de l’hexagone, l’ensemble des élus ont voté le 24 janvier un droit d’alerte économique. La maison-mère, le groupe sud-africain Steinhoff, est en pleine débâcle financière suite à des « irrégularités » comptables.