Communiqué de FO

Réforme des retraites : Force Ouvrière réaffirme son attachement aux pensions de réversion

, Philippe Pihet

Recommander cette page

La réunion de concertation de ce jour a permis à notre Organisation de réaffirmer sa revendication sur le maintien des pensions de réversion ainsi que tous les autres droits familiaux.

En réponse, le Haut-Commissaire à la Réforme des Retraites a déclaré que la question posée n’avait pas pour objet la suppression de ces droits, dont acte.

Force Ouvrière a confirmé que si les différences existaient dans l’attribution de la réversion, la solution résidait dans un alignement des différents régimes « par le haut », une réversion pour les veuves et veufs à 60% du droit du défunt, sans condition de ressources.

Cette revendication, comme celles rappelées sur le maintien des régimes et des statuts avaient déjà fait l’objet de communications au cours des rencontres précédentes, conformément aux résolutions de notre Congrès confédéral.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Philippe Pihet

DEPARTEMENT DES RETRAITES ET DE LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE


Prévoyance sociale
Retraites, retraites complémentaires et pensions
Union Confédérale des Retraités (UCR)
Vieillesse et dépendance
Relations avec les partenaires


Envoyer un message à Philippe Pihet

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 juillet 1862

Exposition universelle de Londres
A l’occasion de l’Exposition universelle, cent quatre-vingt-trois délégués parisiens de diverses corporations partent pour Londres. Ils s’aperçoivent que les travailleurs anglais ont la liberté de l’association, et qu’il existe une législation protectrice du travail. Ils constatent également que le (...)

A l’occasion de l’Exposition universelle, cent quatre-vingt-trois délégués parisiens de diverses corporations partent pour Londres. Ils s’aperçoivent que les travailleurs anglais ont la liberté de l’association, et qu’il existe une législation protectrice du travail. Ils constatent également que le logement du travailleur anglais est plus salubre que le celui de l’ouvrier français et que le salaire est de 30% plus élevé à Londres qu’à Paris.