Rétablissement de la prime Naissance

Communiqué de FO par Secteur Protection sociale collective, Serge Legagnoa

© Ian HANNING/REA

Le 25 juin 2020, la proposition de loi de M. Lurton qui consiste à rétablir le versement de la prime à la naissance au 7e mois de grossesse d’un montant de 947,32 euros, a été adoptée en première lecture à l’unanimité.

Jusqu’en 2015, cette prime était logiquement versée avant la naissance de l’enfant, lors du septième mois de grossesse, de manière à apporter une aide aux familles les plus modestes qui s’apprêtaient à s’agrandir.

Cependant, la précédente majorité a décidé par décret de décaler le versement de cette prime après la naissance de l’enfant. Cette décision a pénalisé toutes les familles qui ont besoin de cette aide pour préparer matériellement l’arrivée d’un nouvel enfant. Depuis, les familles se voyaient dans l’obligation de demander une aide financière individuelle à la Caf sous forme de prêt pour combler le décalage de cette prestation légale.

Cette décision aussi incompréhensible qu’injustifiée, n’a eu qu’un effet très limité pour les comptes de la Sécurité sociale, estimé à 239 millions d’euros, mais a pénalisé bon nombre de familles modestes.

Depuis cette date, FO n’a cessé de réclamer le retour de cette prime avant la naissance de l’enfant.

Pour rappel, en 2019, un peu plus de 547 000 familles ont bénéficié de cette prime à la naissance, pour un montant de 537 millions d’euros.

Secteur Protection sociale collective

Serge Legagnoa Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Plafonnement des indemnités prud’homales : le Comité Européen des Droits Sociaux donne raison à FO !

Communiqués de FO par Branislav Rugani, Patricia Drevon, Secteur Europe - International, Secteur juridique

Suite à la réclamation collective déposée par FO en 2018, le Comité européen des droits sociaux (CEDS) a enfin rendu sa décision, comme l’a révélé Le Monde vendredi dernier. Il a reconnu que le plafonnement des indemnités prud’homales violait l’article 24 de la Charte sociale européenne (droit à une indemnité adéquate ou à une réparation appropriée).