Retraites : FO redit un « non » ferme au recul des droits

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

F.Blanc

Le retour confirmé d’un projet de réforme sur les retraites ? Depuis des mois, l’exécutif multiplie les déclarations, le président de la République évoquait une nouvelle fois en juin la piste d’un recul de l’âge légal de départ en retraite, à 64 ou 65 ans. Le 6 juillet, devant les députés, la Première ministre affirmait : Nous devrons travailler progressivement un peu plus longtemps, une réforme des retraites serait indispensable à la pérennité de notre système par répartition. Le Conseil d’orientation des retraites/COR ne déclare lui aucun péril ; la branche retraite a fortement réduit son déficit, à 2,6 milliards d’euros en 2021 ; le gouvernement quant à lui n’impose toujours pas aux employeurs des contreparties aux exonérations sociales, notamment en termes d’emplois pérennes et de hausse des salaires. Ce qui apporterait cependant des recettes supplémentaires.

Attaquer les retraites pour financer des projets ?

Selon le gouvernement, la réforme servirait aussi à bâtir de nouveaux progrès sociaux. On comprend que leur financement risquerait de se faire au détriment des retraites et au risque donc d’un abaissement de la part qui leur est consacrée, actuellement 14 % du PIB, cela tandis que le COR prévoit déjà que cette part diminue dans les prochaines années, conséquence de précédentes réformes, entre autres. Élisabeth Borne se veut rassurante : la réforme se ferait dans la concertation avec les partenaires sociaux, et peut-être dès l’automne. Pour FO, les syndicats ne sont pas des partenaires et la concertation n’est en rien une négociation. Le 6 juillet, la confédération réaffirmait son opposition totale à tout recul de l’âge légal de départ à la retraite et à l’allongement de la durée de cotisation.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

5 décembre : la parole est aux manifestants

Retraite par  Valérie Forgeront

En grève et en manifestation. Ils étaient au moins 800 000 dans les rues le 5 décembre pour clamer dans plus de 245 villes leur opposition au projet de système de retraites par points du gouvernement. Et ce chiffre de 800 000 (selon le ministère de l’Intérieur) ne tient pas compte des grévistes, encore bien plus nombreux, qui n’ont pas défilé.