Réunion préparatoire à l’ouverture d’une négociation sur la santé au travail

Communiqué de FO par  Serge Legagnoa

HAMILTON/REA Première réunion au Medef des partenaires sociaux pour relancer la négociation sur la santé au travail

La première réunion préparatoire en vue d’une ouverture de négociation interprofessionnelle sur la santé au travail s’est tenue la mardi 4 février en présence des organisations patronales et des organisations syndicales représentatives au niveau national.

Force Ouvrière a réaffirmé sa ferme volonté d’une telle négociation interprofessionnelle sur le sujet majeur que représente la santé au travail. Pour FO, il revient aux acteurs sociaux, organisations syndicales de salariés et organisations patronales de s’emparer de ce sujet afin de concrétiser une négociation paritaire permettant une véritable amélioration des conditions de travail pour tous les travailleurs.

Pour Force Ouvrière, la prévention doit être au cœur des discussions. Des mesures et un cadre interprofessionnel doivent ouvrir la voie à une traduction concrète au sein des branches professionnelles, afin d’être au plus près des réalités des différents métiers, et ainsi préserver efficacement la santé et la sécurité de tous les salariés.

Quatre dates de réunion paritaire ont d’ores et déjà été fixées : les 04 et 24 mars, le 21 avril et le 19 mai.

 Serge Legagnoa Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Pour une réforme d’assurance chômage qui améliore les droits !

Communiqué commun de la CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et FO

La crise sanitaire à laquelle nous sommes confrontés depuis de longs mois préoccupe nombre de travailleuses et travailleurs. Les conséquences de l’épidémie sont dans toutes les têtes et nombre d’incertitudes demeurent sur le plan sanitaire, économique et social.

Plus de justice fiscale pour plus de justice sociale

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Nathalie Homand, Secteur Economie et Fiscalité, Secteur Europe - International

Sept ans après le scandale des accords fiscaux avantageux consentis par le Luxembourg à plusieurs multinationales (« Luxleaks »), un article du journal Le Monde révèle que « près de la moitié des entreprises commerciales enregistrées dans le pays sont de pures holdings financières, des sociétés offshore totalisant pas moins de 6 500 milliards d’euros d’actifs » dont des entreprises du CAC 40 et grandes fortunes.