Revalorisation des retraites : un minimalisme irritant

Retraite

© F. BLANC

Rien de nouveau pour les retraités, soit 16 millions de personnes, déplore l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO). Les mesures de revalorisation des retraites pour 2020 (mesures dont l’activation ne sera pas finalisée avant mai prochain) se révèlent très modiques, une fois de plus. Ainsi, pour ceux qui perçoivent une pension totale mensuelle supérieure à 2 000 euros brut, la revalorisation sera de 0,3 %. Les pensions inférieures à 2 000 euros brut par mois sont, elles, réindexées, depuis le 1er janvier, sur l’inflation et revalorisées de 1 %. Un lissage est censé éviter les effets de seuil.

 Aucune amélioration sur les conditions de vie

La revalorisation sera de 1 % jusqu’à 2 000 euros inclus. Elle reculera à 0,8 % au-dessus de 2 000 euros et jusqu’à 2 008 euros inclus. Puis à 0,6 % au-dessus de 2 008 euros et jusqu’à 2 012 euros inclus, et à 0,4 % au-dessus de 2 012 euros et jusqu’à 2 014 euros inclus. Au-delà de ces 2 014 euros, la revalorisation sera de 0,3 %. Est-on riche à 2 000 euros ?, questionne régulièrement l’UCR en s’indignant. En 2020, il n’y a donc aucune amélioration sur les conditions de vie de l’ensemble des retraités, regrette-t-elle, cela alors que le niveau moyen des retraites se situe à 1 200 euros par mois et que les prévisionnistes annoncent une inflation entre 1,2 % et 1,4 % cette année. Et que par ailleurs les revenus de millions de retraités sont toujours impactés par la hausse, même corrigée depuis, de la CSG décidée en 2018.

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.