SNCF : Le train de la grève ne s’arrête pas

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

Article publié dans le Dossier Loi Travail
Le 26 mai, les cheminots de la gare Saint-Lazare sont venus en nombre au défilé parisien. © Nicolas TAVERNIER / REA

Les cheminots entrent cette semaine en grève reconductible à l’appel cette fois de toutes les organisations syndicales (hormis la CFDT), et plus seulement de la fédération FO et de Sud Rail. Les fédérations CGT et UNSA ont finalement annoncé le 24 mai qu’elles appelaient aussi à une grève reconductible à partir du 31 mai.

Les cheminots refusent le nivellement par le bas de leurs conditions de travail au travers d’une nouvelle réglementation minimale (décret socle présenté par le gouvernement en application de la réforme ferroviaire) que la nouvelle convention collective n’améliore même pas. Pour FO, ainsi que Sud Rail et la CGT, il s’agit de la même logique que celle de la loi Travail, d’où leur appel à se mobiliser aussi pour son retrait.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

1,2 million de manifestants dans toute la France

Mobilisation par Nadia Djabali

« Elle m’a dit qu’on avait rendez-vous devant le ballon FO, explique à une amie un jeune manifestant. Mais le problème, c’est qu’il y a plein de ballons FO ». A en croire le flot sortant de la bouche du métro place d’Italie, la mobilisation parisienne contre la réforme du Code du travail a fait le plein. (...)

FO Métaux : la loi Travail s’invite au congrès

La Rochelle (Charente-Maritime) par  Valérie Forgeront

Ouvert ce 25 mai à La Rochelle (Charente-Maritime) et placé sous la présidence du secrétaire général de la Confédération FO, Jean-Claude Mailly, le XXIIe congrès de la fédération FO Métaux accueille jusqu’au 27 mai près de 900 délégués des différents secteurs professionnels représentés au sein de la (...)

Une détermination intacte et sans faille

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Un message de soutien de nos camarades espagnols de l’UGT souligne : « Vos raisons sont les nôtres puisque nous avons subi, et nous subissons toujours, les conséquences d’une réforme du marché du travail très régressive en 2012. Désarmer les droits des travailleurs ne donne pas comme résultat la création (...)