SNCF : le train de la grève ne s’arrête pas

Mobilisation par Evelyne Salamero

Article publié dans le Dossier Loi Travail
Manifestation contre la loi Travail du 19 mai 2016 à Paris. Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0 - flickr.com/force-ouvriere

Les cheminots sont de nouveau en grève ces 25 et 26 mai et s’apprêtent à participer nombreux, notamment à l’appel de la fédération FO, aux manifestations de demain pour le retrait de la loi Travail. Certains font grève en continu depuis déjà plus d’une semaine, là ou des assemblées générales ont décidé chaque jour de la poursuite du mouvement.

« L’heure est à la reconduction de la grève » explique FO depuis le début de la mobilisation. SUD Rail a également adopté cette position depuis plusieurs semaines. Les autres organisations syndicales (CGT, CFDT, UNSA) ont finalement confirmé mardi 24 mai qu’elles appellent aussi à une grève reconductible à partir du 31 mai.

Contre le nivellement par le bas des conditions de travail

Les cheminots refusent le nivellement par le bas de leurs conditions de travail, dans le cadre de l’ouverture à la concurrence, au travers d’une nouvelle réglementation (décret socle présenté par le gouvernement en application de la réforme ferroviaire) et d’une nouvelle convention collective nationale.

Et contre la loi El Khomri

Pour FO, ainsi que Sud Rail et la CGT, les cheminots sont confrontés à la même logique que celle de la loi Travail, dont, en prime, plusieurs dispositions s’appliqueront aux cheminots, ceux-ci étant sous contrat de droit privé.

« Dans une situation où les raffineries sont bloquées »…

S’adressant aux fédérations CGT et Sud Rail, la fédération FO des cheminots a écrit le 23 mai : « dans une situation où les raffineries sont bloquées, nous vous proposons ensemble d’apporter notre soutien aux camarades de ce secteur d’activité. Aujourd’hui des cheminots sont en grève reconductible depuis le 18 mai, d’autres vont de nouveau rejoindre le mouvement. Il est de notre responsabilité d’appeler à amplifier l’action jusqu’à satisfaction de nos revendications. »

Ce 25 mai, la fédération FO renchérit : « Par le passé nous avons su être la locomotive des grèves interprofessionnelles. Là nous devons être dans le train de la contestation, le train de la grève jusqu’au retrait de la loi travail et du décret socle » .

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Loi Travail : la solution ne peut passer que par un vrai dialogue

Éditoriaux de FO

Le bon sens, la responsabilité, la nécessité de respecter les droits fondamentaux, dont la liberté de manifester, l’ont finalement et heureusement emporté. Il aura fallu, pour ce faire, que nous prenions l’initiative de demander un rendez-vous rapide au ministre de l’Intérieur et que celui-ci l’ait accepté.

Les annonces de Matignon répondent à certaines préoccupations des jeunes sans remettre en cause la loi Travail

Jeunes par Nadia Djabali

Face à la mobilisation des jeunes, avec les syndicats de salariés (FO, CGT, FSU et Solidaires) contre la loi Travail, le premier ministre recevait ce lundi les syndicats d’étudiants et lycéens. Les mesures annoncées à cette occasion représentent entre 400 et 500 millions d’euros par an mais ne lèvent pas les désaccords sur la loi Travail.

Le gouvernement pratique le dialogue de sourd !

Communiqué commun CGT – FO – FSU – Solidaires – UNEF – FIDL – UNL

Massive, dynamique, combattive, revendicative, la manifestation nationale unitaire d’hier à Paris et en province est une grande réussite. Elle illustre la détermination sans faille des salarié-e-s, des privé-e-s d’emploi, des jeunes et des retraité-e-s à gagner le retrait du projet de loi Travail et à (...)