Yves Verier FO AGIR pour l’EMPLOI à DOUVRIN

© Alexandre Davroux, FO PSA Douvrin

Syndicat FO de la Française de Mécanique (groupe PSA) : ne laisser personne sur le carreau sur le site de Douvrin

Métallurgie par Prescillia Bourguignon

Le Secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier, et le Secrétaire général de la fédération FO de la métallurgie Frédéric Homez étaient à Douvrin, ce jeudi 31 mars, afin d’apporter leur soutien au syndicat FO de la Française de Mécanique (groupe PSA) mobilisé pour la défense de l’emploi après l’annonce, en février dernier, d’une délocalisation d’activité en Hongrie. Étaient également à leur côté l’Union départementale FO et son secrétaire, Jean Baptiste Konieczny, ainsi que le Délégué syndical central, Olivier Lefebvre, du groupe PSA, devenu Stellantis.

Les discussions ont tourné autour du futur du secteur automobile qui fait aujourd’hui de nombreuses incertitudes et inquiétudes face aux contraintes et normes imposées au titre de l’enjeu climatique. En effet, l’arrêt du moteur thermique en 2040 – échéance qui pourrait être rapprochée à 2030 du fait de décisions de plusieurs pays, aura un impact considérable sur les emplois. Là où dix personnes sont nécessaires pour la construction d’un moteur thermique, il en faut deux pour un moteur électrique. Les salariés de la Française de Mécanique, qui fabrique depuis de nombreuses années des moteurs, sont d’autant plus inquiets que contrairement à de premières assurances, les moteurs actuellement produits sur le site – y compris en perspective de leur évolution vers des moteurs hybrides, pourraient être fabriqués en Hongrie à l’avenir. Si tel était le cas, le site serait amené à cesser son activité à horizon 2025… et ce n’est pas la perspective de l’usine de batteries électrique ACC qui devrait s’installer sur le site qui suffit à rassurer : combien d’emplois pourraient en effet être repris ? nul ne le sait !

Aussi le syndicat Force Ouvrière entend mobiliser pour conserver la production d’un moteur pour lequel la décision n’est pas encore définitive, ce qui permettrait en parallèle d’offrir des perspectives pour la reconversion de la fabrication vers des moteurs électriques, et autres activités liées (bornes de recharge, recyclage de batterie, hydrogène…) en mettant en œuvre les formations nécessaires.

La revendication principale de FO est de ne laisser personne sur le carreau sur le site de Douvrin. Le site de PSA comptait 6 000 salariés dans les années 80 mais désormais, les effectifs sont réduits à 1 600 (en comptant actifs et intérimaires). La moyenne d’âge des salariés est de 47 ans.

Jean-Baptiste Konieczny, Secrétaire général de l’Union départementale du Pas-de-Calais a annoncé une marche qui devrait se tenir le 10 avril (sauf contrainte sanitaire) autour du site de PSA Douvrin. Cette initiative a pour objectif de faire pression afin de préserver les emplois dans la région, éviter les désertifications des bassins d’activité.

L’après-midi, la délégation FO a rencontré la direction et visité le site. L’occasion de montrer que les salariés de PSA sont soutenus par la confédération FO et la Fédération FO de la métallurgie. Yves Veyrier a insisté sur l’importance de la responsabilité par le groupe PSA et des pouvoirs publics. Il est d’ores et déjà intervenu auprès du ministre de l’Economie, des finances et de la relance : le plan de relance affiche l’objectif d’une relocalisation d’industrie ; pour être crédible, il faut commencer par stopper les délocalisations !.

Sur le même sujet

Fermeture annoncée de 11 sites de PSA Retail en région parisienne ce matin en CSE Central

Emploi et Salaires par Métaux

[Communiqué de FO Métaux] Ce matin, en CSE central, la direction de PSA Retail France annonce la fermeture des sites de République, Nation, gare de l’Est, Alésia, Victor Hugo, Avenue d’Italie, dans Paris intra-muros, et de Bobigny, Garches (Peugeot et non Citroën), Neuilly-sur-Seine, Bagneux, Boulogne-Billancourt avenue de la République, en banlieue parisienne.

Peugeot Japy : l’appel à PSA

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

A l’initiative de FO, organisation ultra-majoritaire, et d’un autre syndicat, 180 des 240 salariés du sous-traitant automobile Peugeot Japy situé à Valentigney (Doubs) ont débrayé le 25 août. Ils s’inquiètent de la baisse annoncée du volume de commandes de PSA, premier client, qui met à mal les projets de reprise les mieux-disants en matière de préservation d’emplois.

GM&S : le compte n’y est pas

Emploi par Evelyne Salamero

Le tribunal de Commerce de Poitiers a validé le 7 septembre la reprise de l’usine GM&S de La Souterraine (Creuse) par le numéro 1 de l’emboutissage GMD qui, a-t-il été confirmé, n’entend garder que 120 emplois sur 276.