Congrès d’UD

Un congrès combatif pour l’UD de Haute-Garonne

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

Le XXXIIIe congrès de l’Union Départementale de la Haute Garonne s’est tenu les 2 et 3 juin à Toulouse sous la présidence de Patrick Privat, trésorier confédéral, et en présence de Jean-Claude Mailly. 158 syndicats étaient représentés avec 450 participants. 24 délégués sont intervenus à la tribune du congrès. Serge Cambou a été renouvelé dans son mandat de Secrétaire général de l’UD à l’unanimité, tout comme les instances du bureau alors que le rapport d’activité était voté avec le même résultat.

Des commissions très actives

Serge Cambou

Les interventions ont notamment rendu compte du développement des différentes commissions qui composent l’activité de l’UD. Ainsi le partenariat engagé par la commission Histoire avec les archives départementales comme le travail accompli par la trentaine de militants engagés dans les différents groupes de travail ont été salués. La réactivation de la commission jeunes, composée d’une dizaine de membres, et plus particulièrement ses travaux pour l’élaboration d’un livret d’accueil du jeune embauché, ont été plébiscités.

Les administrateurs FO ont rendu compte de leurs mandats au sein du Conseil d’Administration de la CAF 31 et notamment leur perception des conséquences de la nouvelle COG (Convention d’objectifs et de gestion). L’UD pouvait s’enorgueillir que plus de 300 adhérents aient également participé à des formations militantes , consacrées autant à l’histoire du syndicalisme, qu’à son rôle et son fonctionnement aujourd’hui, ou encore aux instances représentatives du personnel, dont on mesure l’importance alors qu’elles sont mises en cause dans la cadre du projet de loi Rebsamen sur le dialogue social. Tous les 15 jours, une formation différente se tient dans les locaux de l’UD.

Une orientation : le développement

L’Union départementale tire enfin un bilan positif de son organisation et de son fonctionnement en commissions qui lui permet d’associer les militants à tous les niveaux. Mais cette organisation est aussi liée à l’un des piliers du congrès : le développement. Une motion spécifique sur cet enjeu a d’ailleurs été débattue et adoptée en complément de la résolution générale.