Revue de presse

10 octobre : mis à l’index, les fonctionnaires lèvent le poing

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Les fonctionnaires dans la rue le 10 octobre 2017, à Paris. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Le 10 octobre a été une journée de mobilisation et de grève dans la Fonction publique à l’appel de l’ensemble de ses syndicats. Aperçus dans la presse

Le Monde
Les fonctionnaires en ont assez d’être stigmatisés comme des enfants gâtés. Les agents de l’État ont manifesté dans toute la France, mardi, à l’appel des neuf syndicats de la fonction publique. Infirmiers, professeurs ou greffiers… Ils étaient nombreux, mardi 10 octobre, à s’être mobilisés à l’appel des neuf syndicats de la fonction publique. Ainsi, 209 000 personnes, selon le ministère de l’intérieur (400 000, selon la CGT) ont manifesté dans toute la France contre une série de mesures négatives du gouvernement à leur égard. Et à leurs dépens.

Le Journal du Dimanche
Suppressions de 120 000 postes d’ici la fin du quinquennat, gel des rémunérations, rétablissement du jour de carence, remise à plat du statut de fonctionnaires : autant d’idées évoquées par un exécutif qui cherche encore 16 milliards d’euros d’économie sur la dépense publique, et qui ont provoqué le ras-le-bol des agents de la fonction publique. Les coupes ont rempli la coupe.

La Tribune
Les syndicats dénoncent une série d’attaques inédite contre les 5,4 millions d’agents publics. Ce rassemblement unitaire reflète plus qu’un malaise dans les fonctions publiques, a déclaré le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, qui défilait à Lyon. Pour Mylène Jacquot (CFDT), l’absence de hausse du pouvoir d’achat, promesse de campagne pas tenue par Emmanuel Macron, est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Autre motif récurrent de colère, la dégradation des conditions de travail. On est devenu une usine à soins : on pique, on branche. Les patients sont devenus des objets, regrettait Françoise, infirmière à l’hôpital Saint-Louis à Paris. Et l’état de santé du service public s’est encore dégradé.

Jean-Claude Mailly en tête de cortège de la manifestation lyonnaise du 10 octobre 2017.

Le Dauphiné Libéré
Sur les rotules et sur les dents : Fait inédit depuis 2009, une dizaine de syndicats de praticiens hospitaliers (médecins, pharmaciens, dentistes) se sont joints à l’appel du secteur hospitalier (infirmiers, aides-soignants).

Le Parisien
Maintenant que le rapport de force est établi, que va-t-il se passer ? À Matignon, on minorait déjà mardi soir l’impact de cette mobilisation. Si on regarde les choses à plat, les syndicats n’ont pas atteint leur objectif pour cette journée de mobilisation explique l’entourage d’Édouard Philippe, refusant d’y voir un quelconque avertissement à l’égard de la majorité. Sans doute le produit d’une vision à courte vue, le nez dans la calculette.

Nord-Eclair
En effet, pour la première fois en dix ans, tous les syndicats de la fonction publique appelaient à la mobilisation et ils ont été assez entendus, notamment dans l’Éducation. L’exécutif entendra-t-il ?

 

Voir en ligne : Les photographies prises par FO lors de la manifestation des fonctionnaires à Paris le 10 octobre 2017

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément