Force Ouvrière Action sociale a signé l’avenant salarial du 18 avril 2014

Emploi et Salaires par Action sociale

L’Union des Syndicats de la Branche (USB) de l’Aide à Domicile a proposé à la signature le 18 avril 2014 un avenant qui augmente la valeur du point conventionnel de 1%, à compter du 1er janvier 2014 et porte ainsi sa valeur à 5,355 euros, s’il est agréé et étendu.

Cette augmentation est loin des revendications salariales Force Ouvrière. Elle ne comble pas les années de blocage de salaire et la perte du pouvoir d’achat sans précédent des salariés de l’Aide à Domicile.

Mais force est de constater que cet avenant est supérieur de 100% à l’enveloppe financière bloquée que tente d’imposer le ministère conformément à la politique d’austérité. Il permet de faire repasser toutes les grilles conventionnelles au moins au niveau du Smic. Il bénéficiera à tous les salariés.

Dès lors, Force Ouvrière Action Sociale a pris ses responsabilités et a signé cet avenant.

C’est une avancée minimaliste mais un encouragement à poursuivre le combat que nous avons déjà engagé pour obtenir la nécessaire rupture avec la politique d’austérité qui passe entre autre, par une augmentation générale des salaires et la défense de la Sécurité sociale de 1945.

C’est pourquoi au-delà de cette signature, et comme nous avons su le faire à Force Ouvrière le 29 janvier et le 18 mars 2014, nous invitons les salariés de l’Action Sociale et plus particulièrement ceux de l’Aide à Domicile qui sont « de la dépense publique » à rejoindre le mouvement de grève et de mobilisation de la Fonction Publique le 15 mai 2014.

Nous continuerons ainsi par cette nouvelle mobilisation à construire le nécessaire rapport de force pour obtenir enfin satisfaction sur l’ensemble de nos revendications.

 Voir en ligne  : FNAS-FO - Site Internet

Action sociale Secrétaire général

Sur le même sujet

Déclaration de politique générale | Première réaction de FO

Emploi et Salaires

Force Ouvrière confirme son opposition au « pacte de responsabilité/solidarité » en réduisant à nouveau les cotisations patronales au niveau du Smic, en allégeant les cotisations patronales d’allocations familiales, le gouvernement fragilise le financement de la Sécurité sociale et fait de l’allègement du coût du travail, logique économique libérale, la priorité de la politique économique.

45,4 milliards d’euros pour réduire le coût du travail...

Le chiffre de la semaine par  Michel Pourcelot

Les mesures d’exonérations destinés à réduire le coût du travail ont atteint 45,4 milliards d’euros en 2015 selon une étude de la Dares, la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, publiée le 9 novembre 2017. En augmentation de 16,4%, elles ont représenté plus de 80 % des (...)