À Montpellier, les périscolaires victimes de la « péri-grève » organisée par Mr le Maire

Communiqué de Force Ouvrière par Michelle Biaggi

La Confédération générale du travail Force Ouvrière dénonce toutes les méthodes qui permettent de contourner le droit des travailleurs et notamment le droit de grève.

C’est ainsi qu’à Montpellier, Monsieur le Maire a brisé le droit de grève inscrit dans la Constitution en faisant remplacer le personnel de sa commune chargé des loisirs périscolaires en grève, pour leur salaire, par des personnes non qualifiées pour les emplois de ce secteur.

Force Ouvrière dénonce de telles pratiques et tient à apporter son soutien aux personnels et aux militants FO de la ville de Montpellier dans leur combat.

Elle invite Monsieur le Maire de Montpellier à renouer au plus vite avec le syndicat FO les fils d’un dialogue social normal, sincère et indispensable au maintien d’un service public de qualité respectueux du personnel dans le respect du service au public.

Michelle Biaggi Secrétaire confédérale - Secteur organisation

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Déconfinement phase 2 – réaction FO

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération FO constate que la phase 2 du déconfinement, telle que présentée par le Premier ministre, du fait du ralentissement - évidemment attendu par tout un chacun - de l’épidémie de Covid-19, conduit à une accélération de reprise d’activité dès le 2 juin dans nombre de secteurs.

Chiffres du chômage : vers une crise sociale sans précédent

Communiqué de FO par Michel Beaugas

La Dares et Pôle emploi ont publié ce jour, des indicateurs du marché du travail spécifiques à la crise sanitaire pour le mois d’avril 2020. Malgré le recours systématique à l’activité partielle et la mise en place du « travail à domicile » ou « télétravail » dans des conditions souvent aléatoires, les (...)

Transfert de la dette sociale et dépendance : réaction FO

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le Gouvernement vient de saisir les caisses nationales de la Sécurité sociale pour avis sur un projet de loi organique et un ordinaire, relatif au transfert de l’essentiel de la « dette Covid » à la caisse de la dette sociale (la CADES), pour un montant prévu de 136 milliards d’euros, et un report de l’extinction de la dette sociale à 2033 alors qu’elle devait s’éteindre en 2024.