Congrès d’UD

Ariège : Denis Denjean succède à Jean-Marie Bettini

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Environ cent dix militants FO ont participé au congrès des syndicats de l’Union départementale de l’Ariège, qui s’est tenu le 20 septembre aux Forges-de-Pyrènes à Montgaillard, sous la présidence de Béatrice Clicq, secrétaire confédérale FO.

Denis Denjean a été élu au poste de secrétaire général de l’Union départementale de l’Ariège au dernier congrès des syndicats du département, le 20 septembre. Il succède à Jean-Marie Bettini.

Cuisinier de formation, Denis Denjean est entré dans la fonction publique hospitalière, où il exerce désormais la profession d’aide médico-psychologique après une reconversion professionnelle. Il avait été élu membre du bureau de l’Union départementale en 2014. Le secrétaire adjoint de l’UD, Luc-Olivier Blanc, est quant à lui issu du secteur privé, de la métallurgie.

Le développement syndical, une priorité

Les objectifs de la nouvelle équipe : mettre l’Union départementale au service des syndicats et développer le syndicat. FO est le second syndicat dans le département, l’objectif est de passer en première position, déclare Denis Denjean. Le nouveau secrétaire d’UD compte accroître la présence de FO, notamment dans le secteur privé, dans les secteurs du commerce et ceux en lien avec le tourisme.

La syndicalisation des travailleur saisonniers, bien souvent ignorants de leurs droits, reste aussi une priorité, dans un département qui compte des stations de ski et des stations thermales.

La structure de l’emploi dans le département est assez complexe, indique Denis Denjean. L’Ariège est un département rural avec une faible densité de population. En 2015, il comptait 152 500 habitants, dont 66 100 actifs.

Deux-tiers de l’activité dans le secteur tertiaire

Parmi ceux-ci, on comptabilise 27 200 salariés dans le secteur privé.
Le secteur tertiaire arrive en tête — deux-tiers des établissements — et l’industrie, l’agriculture et le tourisme se partagent le dernier tiers de l’activité. Le tertiaire demande du personnel peu qualifié, et l’industrie métallurgique arrive difficilement à pourvoir ses postes, précise Denis Denjean.

Les quelque 1 000 établissements industriels qui emploient 6 500 salariés sont à 96% des Très petites entreprises de moins de dix salariés.

83% des salariés sont en contrat à durée déterminée, mais actuellement, plus de 60% des offres d’emploi déposées à Pôle emploi sont des CDD de moins de six mois, s’inquiète Denis Dejean.

Lutter contre la désertification

Si le développement de l’économie locale est principalement dû au tourisme, le département de l’Ariège souffre néanmoins de la désertification.

À La Poste, on assiste à une fuite des emplois locaux vers la métropole toulousaine. Au transfert des emplois s’ajoutent des mutualisations forcées. Bien souvent, le compte n’y est pas, sur deux emplois transférés, un seul arrive à Toulouse, constate Denis Denjean.

Défendre le service public

La situation du secteur de la santé n’est guère plus reluisante. Le processus de fusions entre établissements est enclenché avec la mise en route des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Pour tous les agents concernés, c’est la peur du lendemain et la peur de la mobilité forcée, constate Denis.

Dans ce contexte, la défense du service public et des conditions de travail des salariés restent plus que jamais d’actualité à l’UD de l’Ariège.