Arrêts de travail : 1 200 médecins sur 5 000 à la question

Le chiffre de la semaine par  Michel Pourcelot

Environ un quart des médecins en région Rhône-Alpes, soit 1.200 sur 5.000, ont reçu de l’assurance maladie un courrier questionnant leurs pratiques en matière d’arrêt de travail. Le chiffre a été donné le 21 juillet dernier par le premier syndicat de médecins généralistes libéraux, MG France, qui constate une multiplication « depuis des mois » des procédures de contrôle en régions et dénonce le « harcèlement croissant » dont fait l’objet la profession en la matière.

La maladie du chiffre

Tout cela alors que, rappelle ce syndicat, les arrêts de travail constituent un « outil indispensable dans un monde professionnel de plus en plus dur » et figurent à « l’arsenal thérapeutique du médecin ». Toujours selon cette source, l’assurance maladie ne s’intéresse pas plus aux motifs des arrêts qu’au fait que des arrêts de longue durée (cancer, dépression sévère) sont « parfois déjà validés » par les médecins-conseil employés par les caisses. En effet, seul importe « le nombre total de jours d’arrêts prescrits par le médecin », « dès lors qu’il déroge à des moyennes statistiques ». Une véritable maladie.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Histoire de la santé au travail

Un combat fondamental par Christophe Chiclet

Dès l’origine, les organisations ouvrières se sont battues pour que les travailleurs puissent gagner leur vie sans la perdre. Un combat fondamental car il défend notre propre existence.

Vers l’extension du droit à réparation des salariés protégés ?

Représentants du personnel par Secteur juridique

Si les « salariés protégés bénéficient, dans l’intérêt de l’ensemble des travailleurs qu’ils représentent, d’une protection exceptionnelle », comme l’a rappelé récemment le Conseil d’État, ils pouvaient très bien se retrouver moins bien indemnisés en cas de licenciement du fait d’une inaptitude due au harcèlement moral de l’employeur. Une bizarrerie qui vient de disparaître à la suite d’un récent arrêt de la Cour de cassation.

Santé des salariés, une autre victime de la loi Travail

Emploi et Salaires par Mathieu Lapprand

Déqualification de la prise en charge, espacement des visites, la médecine du travail passe également sous les fourches Caudines du texte de loi. Celui-ci ne prévoit plus qu’une « visite d’information et de prévention » après l’embauche et dans un délai qui n’est pas encore fixé. Seuls les salariés affectés (...)